François Garçon : "notre pays a un fonctionnement soviétique"

François Garçon, docteur en histoire, universitaire, président de “Démocratie directe pour la France”, vice-président de la Chambre de Commerce Suisse en France (CCSF), également l’auteur de "France, démocratie défaillante : il est temps de s’inspirer de la Suisse" aux Éditions L’Artilleur, était l’invité d’André Bercoff le 12 avril 2021 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

François Garçon, invité d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

"Les équipes qui se succèdent à l’Élysée sont incapables de redresser le pays", estime François Garçon, docteur en histoire et maître de conférence à Paris I où il a créé le réputé Master 2 professionnel Cinéma-Télévision-Nouveaux Médias.

François Garçon : "Nous sommes gouvernés par une élite qui n’est pas capable de mesurer sa médiocrité"

"Depuis 1974, le pays est en crise, et cette crise n’a jamais cessé de s’aggraver. Et ceux qu’on considère comme étant les élites du pays ne parviennent pas à éteindre cette crise. C’est un constat qui est partagé par une immense majorité des Français, y compris les constitutionalistes. Il y a très peu d’éditorialistes qui prétendent encore que la Ve République est le modèle constitutionnel idéal pour la France.

François Fillon déjà avait dit que nous étions en dépôt de bilan. Mais cette situation est sans cesse masquée parce que nous sommes un pays qui a énormément de ressources. Mon constat est que les équipes qui se succèdent à l’Élysée sont incapables de redresser le pays. En sont-elles capables ? Je n’en suis pas certain. Ce dont je suis convaincu, c’est qu’elles sont incompétentes. Le mode par lequel ils accèdent à ces responsabilités (à savoir des concours basés sur le bachotage, la mémorisation des quatrièmes de couverture) leur donne une arrogance qui est naturelle. C’est une élite qui n’est pas capable de mesurer sa médiocrité.

Par effet de réseau, ces élites se multiplient dans la sphère de l’État. Aujourd’hui, on assiste au paroxysme de ce phénomène. Quand vous voyez qu’autour d’Emmanuel Macron il n’y a que des conseillers de la Cour des comptes, des inspecteurs des finances… C’est absolument dramatique", a déclaré François Garçon.

"Il faut regarder l’exemple des petits États qui fonctionnent bien et en tirer le meilleur"

"En 2020, on a observé les maires (qui sont des élus locaux !) prendre des mesures adaptées à leur territoire, des mesures de bon sens. Puis, on a vu les préfets casser ces mesures, pour les reprendre eux-mêmes quelques semaines plus tard. Là, on se dit que notre pays a un fonctionnement soviétique !", s’est exclamé François Garçon.

Selon lui, nos gouvernants devraient s’intéresser à l’exemple suisse et comprendre ce qui fait son succès. "En 2017-2018, il y a eu des dizaines de délégations chinoises, britanniques, américaines qui sont venues en Suisse pour observer le fonctionnement du mode d’éducation notamment. Je pense que l’approche de la France, qui consiste à penser que la Suisse ne boxe pas dans la même catégorie parce qu’elle n’a pas la même population ou la même superficie, est une très mauvaise approche. À mon avis, il faut regarder l’exemple des petits États qui fonctionnent bien et en tirer le meilleur. C’est une démarche fondamentale pour améliorer le fonctionnement de notre société. Ce sont ces recettes qui expliquent la stabilité sociale et politique et la prospérité de la Suisse."

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !