Florian Philippot (FN) : “le PS méprise la ruralité”

Florian Philippot, vice-président du FN et député européen, était l’invité politique de Sud Radio ce vendredi.

A huit jours des départementales, Florian Philippot critique vivement la visite de Manuel Valls dans l'Aisne ce vendredi, "un pur déplacement électoral", assure-t-il. Tout juste une étape dans "le Valls tour" selon lui, "d'ailleurs, il n'a rien à dire, rien à annoncer", commente le député européen, balayant d'une main les annonces prévues par le Premier ministre en matière de raccordement des territoires isolés à Internet, et d'ouverture de nouvelles maisons de santé et de nouvelles maisons des services publics.Quant au fait que le Premier ministre se déplace dans l'Aisne où le parti frontiste a fait de très bons scores aux dernières européennes, "il fait ce qu'il veut, c'est son problème, mais s'il se focalise sur un parti politique, s'il le stigmatise, il stigmatise aussi 30% de la population française" assure Florian Philippot qui fait bien sûr référence aux 30% de votes exprimés en faveur du FN aux dernières européennes.

“Qu’on s’intéresse à la ruralité au moment où les élections arrivent, c’est profondément cynique !”

"Que le Premier ministre se préoccupe des couches populaires et de la ruralité, c'est pourtant rassurant ?" insiste Christophe Bordet, rédacteur en chef de Sud Radio."Ce serait rassurant si ce n'était pas huit jours avant les élections. Qu'on s’intéresse à la ruralité au moment où des élections arrivent, des territoires ruraux qu'on néglige, qu'on méprise le reste du temps, c'est profondément cynique" critique le vice-président du FN."Au moment où on négocie un nouveau traité européen TAFTA, profondément injuste et anti service public", Florian Philippot parle aussi d'"indécence" à propos du déplacement de Manuel Valls, ce vendredi.Relier les territoires ruraux à l'Internet haut débit, "ce sera une bonne nouvelle, le jour où ce sera vraiment effectif. C'est une mesure qui a été annoncée de nombreuses fois", développe Florian Philippot. Il critique aussi "la destruction, pourtant démentie par Marisol Touraine, de 22 000 postes dans le milieu hospitalier d'ici 2022", et rebondit "sur les 30 milliards d'austérité supplémentaires demandés par Bruxelles à la France d'ici 2017. Une mesure annoncée hier", selon lui. "Ces annonces auront des conséquences sur le monde rual", prévient l'élu FN. Par ailleurs le vice-président du FN déplore que la ruralité soit "touchée par les cambriolages, la montée de l'insécurité. Le PS méprise la ruralité", termine-t-il.