single.php

Face aux accusations d'emprunts fictifs, Alain Juppé reste droit dans ses bottes

Par Jérémy Jeantet

Alors que la chambre régionale des comptes a mis en cause certains de ses pratiques budgétaires à Bordeaux, Alain Juppé se défend de tout emprunt fictif.

Alain Juppé ©GEORGES GOBET - AFP

Sincères, les comptes de la ville de Bordeaux, ou non ? La chambre régionale des comptes a jeté un pavé dans la mare à l'occasion d'un rapport sur la gestion économique de la ville dirigée par Alain Juppé, mettant en avant deux emprunts budgétés comme tels et permettant d'équilibrer les dépenses et les recettes de la commune alors qu'ils n'étaient pas pleinement actés.

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, s'est expliqué ce lundi sur la question et reste droit dans ses bottes, se défendant de tout emprunt fictif, comme l'en accuse l'opposition : "Nous avons inscrit dans nos écritures de 2015 deux emprunts pour lesquels nous avions des lettres de la banque s’engageant à nous prêter l’argent, mais nous n’avions pas signé le contrat. Nous avons considéré que ça suffisait, nos opposants considèrent que ça ne suffit pas. Le tribunal administratif a été saisi, on verra quelle est sa décision."

Pas de quoi s'alarmer, assure-t-il, d'autant que si la justice administrative venait à épingler, à son tour, cette pratique, cela ne changerait "rien", selon lui : "Le déficit du compte, la Chambre l’écrit noir sur blanc, resterait bien inférieur au seuil d’alerte de 5 %. Donc vous voyez que c’est une imputation purement formelle qui n’a pas d’incidence pratique."

Propos recueillis par Christophe Bernard pour Sud Radio

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
11H
Revenir
au direct

À Suivre
/