single.php

Euro:"La conception mercantile de l'UEFA doit changer" pour B. Le Roux

Par Jérémy Jeantet

Pour le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, "le Gouvernement français et le ministre de l'Intérieur ont pris toute la mesure de ce que devait être la compétition" en matière de sécurité, malgré les affrontements entre hooligans ce week-end à Marseille. Il reproche à l'UEFA de ne pas en avoir fait autant.

Le début de l'Euro a été entaché, ce week-end, par de violents affrontements entre hooligans russes et anglais, à Marseille, en marge du match entre les deux nations samedi soir."Il faut tirer les leçons de l'expérience, a reconnu Bruno Le Roux, invité de l'émission Territoires d'Infos, sur Sud Radio et Public Sénat. Il y a eu un certain nombre de débordements, il faut savoir pourquoi un certain nombre d'individus ont pu rentrer dans notre pays alors que nous avions demandé la communication de tous les profils de ceux qui devaient être interdits. Il faut tirer, dans une période très courte, les enseignements de ces premiers matches pour que cela ne se reproduise pas."Pour le député de Seine-Saint-Denis, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, "le Gouvernement français et le ministre de l'Intérieur ont pris toute la mesure de ce que devait être la compétition" en termes de sécurité. En revanche, il n'est "pas sûr que ce soit le cas du côté de l'UEFA", jugeant que "les pouvoirs publics se heurtent depuis maintenant plusieurs semaines à la conception totalement mercantile d'une compétition telle que celle-ci de la part de l'UEFA".Bruno Le Roux appelle donc l'UEFA à "considérer que la question de la sécurité est primordiale par rapport à la question du bénéfice et du chiffre d'affaires".

"Nous sommes tous Américains aujourd'hui"

Interrogé sur la tuerie survenue dans une boîte de nuit d'Orlando, en Floride, qui a fait 50 morts et plus de 50 blessés, le député socialiste a considéré que "les Etats-Unis vivent aujourd'hui ce que nous avons vécu en France le 13 novembre dernier", ajoutant que "nous étions tous Paris il y a quelques mois, nous sommes tous Américains aujourd'hui".Enfin, alors que la loi Travail arrive au Sénat ce lundi, Bruno Le Roux a estimé que ce sera l'occasion de voir "un projet différent. Le projet du Sénat va être de libéraliser, de déréguler au maximum que l'on puisse faire. Ce qui m'intéresse, ce sont les Français, qu'ils se rendent compte qu'il y a deux projets et qu'il y a un texte que l'on a caricaturé depuis maintenant plusieurs semaines".Regardez l'interview de Bruno Le Roux, député PS de Seine-Saint-Denis et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, invité de l'émission Territoires d'Infos sur Sud Radio et Public Sénat

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/