Éric Coquerel : "Zemmour m’a fait penser à Le Pen père"

Éric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 24 septembre 2021.

Éric Coquerel, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 24 septembre à 8h15.

Éric Coquerel : "Personne n’était mieux placé que Jean-Luc Mélenchon" pour débattre avec Éric Zemmour

Jeudi 23 septembre 2021, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon ont débattu sur BFMTV. Pour Éric Coquerel, député La France Insoumise, ce n’était "pas une faute" de faire ce débat. "Malheureusement, les idées d’un Zemmour, portées par Zemmour et d’autres aussi, aujourd’hui gagnent du terrain." Un gain de terrain dans les médias, déplore le député qui espère que "ce ne sera pas le cas dans la population". Pour lui, "à un moment, il faut l’affronter". "Personne n’était mieux placé que Jean-Luc Mélenchon pour s’y coller", estime-t-il.

 

"L’idée, c’est de déconstruire les idées mortifères de Zemmour"

Une micro-polémique a éclaté après que LFI aurait refusé une invitation de France Télévisions qui, selon lui, "défend sa paroisse". France Télévisions diffusait en effet un débat Pécresse-Darmanin le même soir. Éric Coquerel rappelle que "Jean-Luc Mélenchon voulait débattre soit avec Marine Le Pen, soit avec Zemmour" et c’est Zemmour "qui a accepté". "L’idée, c’est de déconstruire les idées mortifères de Zemmour", assume le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon.

 

"Zemmour est de tradition fasciste"

Pour certains, Éric Zemmour serait en train de prendre la place de Marine Le Pen à l’extrême-droite dans le paysage politique. Si le député de Seine-Saint-Denis ne se prononce pas, il tient à souligner que le polémiste est "un concentré de haine encore supérieur à Marine Le Pen".

"Moi, hier, il m’a fait penser à Le Pen père, pour tout vous dire", confie le député LFI qui y voit une "obsession raciste vis-à-vis des musulmans, entre autres, et des étrangers en général" qui va plus loin qu’une simple stigmatisation. À un moment donné du débat, "il a fait le parallèle entre islam et islamisme", rappelle Éric Coquerel. "Je vous rappelle qu’il n’y a pas très longtemps, il expliquait qu’on était ‘colonisés’ et il pointait très clairement nos concitoyens de religion musulmane en expliquant que soit les Français ne faisaient rien et ils en seraient responsables, soit il fallait qu’ils passent à l’action." Ce qui, pour le députe LFI, sous-entendait "qu’ils prennent les armes".

Éric Zemmour serait aussi "ultra-libéral", notamment car "il a attaqué avec un mépris des classes, un mépris des pauvres". Le député LFI explique qu’Éric Zemmour aurait donné de mauvais chiffres sur les étrangers ou encore "sur la fraude sociale qui permet de ne pas parler de la fraude fiscale et du fait que les plus riches s'engraissent dans ce pays depuis des années". "C’est une machine à protéger, en réalité, le système", analyse-t-il. "Zemmour est une machine à protéger le capitalisme, c’est à ça que ça sert" tout comme "les fascistes", précise Éric Coquerel. "Et Zemmour est de cette tradition aujourd’hui", affirme l'élu.

 

Pour Éric Coquerel, l'assimilation "ça n'existe pas"

Parmi les sujets sur lesquels Zemmour et Mélenchon se sont affrontés, il y a la différence entre la "créolisation", défendue par le candidat LFI, et l’assimilation, thème de prédilection du polémiste. "Assimiler, ça veut dire que tout ce qui fait la diversité de nos histoires, de nos cultures, de nos parcours serait englobé dans une espèce de boue qui produirait à peu près la même uniformisation. Vous savez très bien que ça n’existe pas", s’exclame Éric Coquerel.

Inversement, la créolisation signifie que "du fait que nous soyons citoyens français, c’est-à-dire du fait que ce qui nous définit, c’est un projet politique, c’est la République, c’est une identité justement politique et non pas ethnique, nous produisons quelque chose qui, malgré notre diversité, fait qu’il y a une unité". Cette vision, s’oppose "aux visions ethniques d’un Zemmour". Le député LFI nie que la population n’adopte pas les valeurs de la République, "mis à part une petite minorité" et notamment "les amis de M. Zemmour. "M. Zemmour se réfère à Maurras : Maurras, ce n’est pas la République", ce dernier ayant développé une vision politique appelée "Nationalisme intégral".

 

"M. Zemmour fait du fantasme en permanence"

Il existe toutefois des fondamentalistes, dans certains quartiers, qui voudraient une autre loi que celle de la République, ce que ne nie pas Éric Coquerel, lequel souligne néanmoins qu’ils sont "ultra-minoritaires". En tant que député de Seine-Saint-Denis, il explique que "M. Zemmour fait du fantasme en permanence et laisse supposer que quelqu’un qui porte un voile pour une identification religieuse serait forcément un terroriste soit actuel soit en devenir". Si le député LFI concède qu’ils "apportent d’autres valeurs", il juge que "le creuset républicain français fait justement que nous produisons quelque chose de commun : un objectif commun, un bien commun".

Pour le député insoumis, "Éric Zemmour et son discours, c'est un allié objectif de ceux qui veulent imposer la terreur dans ce pays", accuse-t-il, précisant qu'il s'agit "d'une extrême minorité, la plupart venue de l'étranger à ce moment-là". Éric Coquerel assure que dans sa circonscription de Seine-Saint-Denis, "nos concitoyens de confession musulmane sont tout aussi républicains". "Éric Zemmour, c'est la division dans le peuple, nous, c'est l'union populaire", vante l'élu.

 

"Fin de mois, fin du monde, même système, mêmes effets"

Si pour Jean-Luc Mélenchon, "l'urgence c'est le climat", la défense des travailleurs semble passer au second plan. "Fin de mois, fin du monde, même système, mêmes effets", répond Éric Coquerel qui n'y voit aucun rapport. "Quand on tacle un système productiviste et du capitalisme extrême qui au nom du profit saccage la planète, c'est la même chose qui exploite les salariés aujourd'hui", explique le député pour qui "quand on tape sur la question environnementale, c'est aussi taper sur la question des inégalité sociales".

 

"Le ministère de l'Écologie est celui qui perd le plus d'agents chaque année"

Les insoumis sont montés au créneau pour défendre le budget de Météo France, menacé par des coupes budgétaires. "En pleine crise environnementale, le ministère de l'Écologie est celui qui perd le plus d'agents chaque année", note le rapporteur de la commission finance. "Avoir une météo exacte, c'est utile dans la vie de tous les jours, ça permet de prévoir des crises, d'anticiper les choses", estime le député qui note que "chaque année, on supprime 100 postes à Météo France". L'élu demande que "l'on arrête de supprimer" ces postes dans le prochain budget.

 

"On ne dépense pas assez et on dépense mal"

Dans le budget, les dépenses publiques ont tendance à flamber. "On ne dépense pas assez et on dépense mal", réagit Éric Coquerel qui prend exemple sur les États-Unis, "qui ont mis 25% de leur PIB au service de la crise créée par le Covid au niveau social", tandis que la France n'en était "qu'à 6%".  Pour lui, les aides ont été mieux dédiées aux États-Unis, "pour booster l'activité", alors qu'en France, le "quoi qu'il en coûte" a été fait "par la baisse des impôts et par le fait de donner de l'argent à n'importe quelle entreprise", déplore le député qui dénombre "1.000 plans sociaux, 112.000 suppressions d'emplois, 284.000 emplois supprimés". "La crise est devant nous, il faudrait mettre 60 milliards rien que pour la relance de la consommation populaire, 18 milliards par an pour l'investissement écologique et nous en sommes très loin", explique-t-il.

 

"Sandrine Rousseau a des idées qui sont comparables aux nôtres"

À deux jours du second tour de la primaire des écologistes, où Sandrine Rousseau et Yannick Jadot devront se départager, Éric Coquerel laisse la porte ouverte à Sandrine Rousseau. "Dans les idées, sur la vision de l'écologie, elle a des idées qui sont comparables aux nôtres", estime-t-il. "Tout ce qui va dans le sens de rendre plus populaire ce que nous portons est bon", conclut le député.

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !