Eric Coquerel sur le voile : "Ce n'est pas à l'État de stigmatiser une religion. C'est du racisme"

Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger, mercredi 16 octobre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40. Il revient sur les différentes crises sociales qui touchent le pays aujourd'hui et la polémique sur le port des signes religieux dans l'espace public.

Éric Coquerel interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, mercredi 16 octobre à 7h40.

"Les pompiers n'en peuvent plus et tout ça au bout d'un moment explose"

La manifestation des pompiers a choqué l'opinion publique, mardi 15 octobre. Les images montrent de violents affrontements entre soldats du feu et policiers. Pour le député de la France insoumise, "les gouvernements successifs sont responsables" de cette situation. "Ils font fort dans le désarmement de l'État. Au bout de la chaîne, les services d'urgences, hospitaliers ou les pompiers n'en peuvent plus et tout ça au bout d'un moment explose", constate-t-il. Et pour seule réponse, "le gouvernement utilise la répression", reproche Éric Coquerel.

Comble du mépris, le député de Seine-Saint-Denis fait remarquer que les pompiers avaient demandé un rendez-vous avec Christophe Castaner. "Non seulement ils ne l'ont pas eu, mais ils ont juste pu rencontrer un directeur de cabinet", s'indigne-t-il. "Ce n'est pas comme ça que l'on gère une profession de ce type". Pour lui, "le gouvernement doit arrêter de considérer de manière comptable ses services. Le gouvernement fait mine de ne pas entendre". Pourtant, les revendications sont connues : "ils demandent la prime du feu, que leur profession soit reconnue en termes de maladies professionnelles, de risques et un recrutement pour professionnaliser le métier", énumère Éric Coquerel, n'oubliant pas les problèmes de sécurité, récurant sdans certaines zones. Les pompiers ont été reçus par Les Républicains, le Parti communiste et la France insoumise, "un fait assez rare", note le parlementaire.

 

Polémique sur le voile : "qu'on laisse les gens tranquilles"

La polémique n'en finit pas depuis l'intervention du conseiller régional du Rassemblement national de Bourgogne-Franche-Comté, Julien Odoul, qui a reproché à la présidente de région de tolérer le port du voile dans l'hémicycle. Éric Coquerel interroge : "On ne pointe qu'une religion ? Il n'y a qu'une religion qui poserait ou pas problème ? Pourquoi on ne parle pas des signes distinctifs ? Pourquoi utilise-t-on la laïcité uniquement comme stigmatisation d'une seule religion ?". Alors, "qu'on laisse les gens tranquilles", lance-t-il, avant d'appeler à ne pas utiliser la religion "pour stigmatiser ou diviser". Il rappelle que Daech avait pour objectif "de diviser les Français, que l'on s'oppose entre religions". "Ne faisons pas ce cadeau aux identitaires de tout poils, que ce soient eux ou des identitaires d'extrême-droite", clame-t-il.

Sur la signification du voile et la crainte d'une soumission de la femme, Éric Coquerel relativise : "Dans toutes les religions monothéistes, il y a beaucoup de symboles de soumission des femmes". Le député rappelle qu'au début du XXe siècle, "la République a fait un choix entre deux lignes : celle qui disait 'on ne veut plus voir de soutane' et celle qui demandait une séparation entre l'État et les religion". Il ne souhaite pas "que nous revenions là dessus, parce que ce choix, c'est le vivre ensemble". Pour lui, "cette stigmatisation, c'est du racisme". "Nos concitoyens musulmans en ont marre. Ils ont envie de vivre tranquillement sans avoir la crainte qu'on fasse tout le temps le lien entre leur religion et des actes terroristes qui heureusement sont très isolés".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !