Éric Ciotti: "Emmanuel Macron sait que Marine Le Pen est son assurance-vie"

Le député LR des Alpes-Maritimes et président de la commission nationale d'investiture des Républicains dit voir une dynamique de la droite dans ces élections européennes, derrière François-Xavier Bellamy. Invité du "petit déjeuner politique", Éric Ciotti dénonce le projet de privatisation des Aéroports de Paris, sans pour autant soutenir le projet de référendum d'initiative partagée contre cette mesure.

"En démocratie, quand il y a un doute, le meilleur moyen de se re-légitimer, c'est l'élection"

Alors que le chef de file des députés Les Républicains Christian Jacob réclame des élections, Eric Ciotti abonde:

"Il soulignait la limite de ce débat interminable, filandreux, sans aucun objectif, que le pouvoir étire de manière politicienne. S'il y a un doute, on peut imaginer un référendum: pouvoir d'achat, impôts, baisse de la fiscalité et des dépenses publiques."  

"Madame Loiseau cumule tout ce dont les Français ne veulent plus"

Christian Estrosi évoque des élections européennes qui "sont l'occasion, pour la première fois depuis deux ans, de sanctionner ce gouvernement".

"François-Xavier Bellamy est un excellent candidat qui renouvelle cette droite des valeurs, des convictions". Le député des Alpes-Maritime se veut enthousiaste, sur le déroulement de ces élections européennes.  "L'unanimité est de plus en plus au rendez-vous, notre score a plus que doublé dans les sondages, même s'il est vrai qu'on partait de très bas". Lui, dénonce la volonté du président Macron, d'inscrire durablement dans le paysage son duel face au Rassemblement national. "Marine Le Pen est pour lui une fausse cible, une assurance-vie". Quand à la tête de liste LREM, elle ne trouve pas grâce à ses yeux. "Madame Loiseau cumule tout ce que les Français ne veulent plus: technocratie, fédéralisme..." 

"Je ne suis pas favorable à la privatisation des Aéroports de Paris"

"C'est un outil de souveraineté", explique Eric Ciotti à propos d'ADP, qui serait privatisé en application du projet de loi PACTE. "Ce sont aussi des frontières". Pour autant le député LR refuse de s'inscrire dans la démarche des parlementaires de toute l'opposition, qui entendent lancer sur ce sujet le premier référendum d'initiative partagée de l'Histoire... ce qui suppose le soutien de 10% des électeurs. "Je n'ai pas signé ce référendum d'initiative partagée, car je ne suis pas sûr que 4,5 millions de Français se mobilisent sur cette question mais je peux me tromper."

"Nice a été la ville qui a le plus augmenté sa fiscalité"

Eric Ciotti ne se montre pas indulgent avec son frère ennemi de la droite niçoise, Christian Estrosi. "Il y a des débats de fond sur la  fiscalité". Et sans annoncer une candidature aux municipales de 2020, il ne se prive pas de critiquer le bilan du maire, évoquant une ville endettée, mais aussi un positionnement politique trop Macron-compatible:

"Il faut savoir si on est toujours dans la même famille politique avec Christian Estrosi, notamment en termes de fidélité à nos valeurs. (...) Aujourd'hui il y a un match qui est ouvert à Nice. Je veux servir Nice. (...) On ne peut pas soutenir Emmanuel Macron, et en même temps Les Républicains. C'est ce que lui reprochent les électeurs de notre famille politique. Ayant été le seul élu député LR, j'ai une responsabilité vis à vis des niçois"

Les rubriques Sudradio