single.php

En Nouvelle-Calédonie, la tension de retour

Par Jean-Baptiste Giraud

En Nouvelle-Calédonie, nouvelle flambée de violences, après l'incarcération en métropole de militants indépendantistes.

Nouvelle-Calédonie
Des véhicules calcinés sur une route traversant la commune de Mont-Dore, en Nouvelle-Calédonie, le 10 juin 2024 (Theo Rouby - AFP/Archives)

Des tensions, des incidents, des barrages, des bâtiments incendiés… La tension repart en Nouvelle-Calédonie suite à l’arrestation de plusieurs leaders indépendantistes.

Nouvelle-Calédonie : des braises chaudes

"Après une période de relative accalmie, l’arrestation des leaders de la frange radicale du mouvement indépendantiste a réveillé leurs milices dans l’agglomération de Nouméa, raconte Bastien Vandendyck, professeur de géopolitique du Pacifique océanien à l’Université Catholique de Lille, en direct de Nouméa. Cette nuit a été très agitée. Nous avons encore eu des émeutiers qui s’en sont pris à des gendarmeries, des écoles."

"Aujourd’hui, ils bloquent encore un certain nombre d’accès et font régner la peur dans l’agglomération de Nouméa." Mais le calme était-il vraiment revenu ? "Disons que les braises étaient encore très chaudes. À partir du 13 mai et l’explosion des violences, l’État avait mis un certain temps avant de ramener le calme ici. Mais il y a toujours des quartiers et des villes entières qui étaient bloqués. Là, nous avons contre vécu une nuit très compliquée." Les législatives pourront-elles se tenir ? "À l’heure actuelle, ce serait prétentieux de l’affirmer. Je vois mal comment elles pourraient se tenir dans de telles conditions."

Les commanditaires des exactions

Par crainte de la suite, certains pensent désormais à quitter la Nouvelle-Calédonie cet été. "On peut difficilement leur en faire le reproche, estime Bastien Vandendyck, professeur de géopolitique du Pacifique océanien à l’Université Catholique de Lille. Ce que l’on vit ici depuis un mois est invraisemblable. Mais beaucoup décident de rester. Vous avez des gens qui n’ont pas d’ailleurs, qui sont calédoniens depuis six, sept générations. Ils ont grandi et vécu ici, la métropole est à 22 000 km. Prendre un billet, tout recommencer à zéro… Ce n’est pas une majorité de personnes qui ont décidé de rentrer. Mais beaucoup de Calédoniens restent et ont l’espoir de passer cette crise et construire quelque chose de plus positif demain."

Des leaders indépendantistes ont été arrêtés et même placés en détention en métropole. "Il ne faut pas les confondre avec l’ensemble de la classe politique indépendantiste. Certains récusent la CCAT et les violences. Ce sont les commanditaires très probables des exactions qui ont mis à feu et à sang Nouméa. Ils sont responsables de l’organisation des émeutes, les commanditaires. Ils ont voulu éviter de les garder sur zone, au camp Est, qui a connu plusieurs mutineries depuis le début des émeutes."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
04H
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/