Cazeneuve condamne la tentative d'incendie de la mosquée de Mérignac

Le ministre de l'Intérieur se dit "déterminé à faire en sorte que les auteurs de cet acte odieux soient poursuivis, arrêtés et traduits en justice".

Thumbnail

Une tentative d'incendie volontaire a frappé la mosquée de Mérignac, près de Bordeaux, jeudi soir (lire ici). Un jet de cocktail Molotov a incendié le portail du lieu ce culte, peu après 23h. "Les fidèles s'apprêtaient à rentrer chez eux après la dernière prière du soir, lorsque l'un d'entre eux a aperçu des flammes et de la fumée sur le portail. Des fidèles ont tenté d'éteindre l'incendie avec un tuyau d'arrosage qui se trouvait là, sans succès. Ils ont finalement réussi en jetant du sable", a expliqué à l'AFP le président de l'association des musulmans de Mérignac, Hassan Belmajdoub.Plus d'informations, notamment sur les motivations d'un tel geste, devront être déterminées à la suite de l'enquête, qui a été confiée aux policiers de la sûreté départementale.Un acte qui a entraîné une réaction de Bernard Cazeneuve, ce vendredi. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur "condamne très fermement la tentative d'incendie, la nuit dernière, à l'encontre de la mosquée de Mérignac, qui a été la cible d'un jet de cocktail molotov".Bernard Cazeneuve assure par ailleurs "les responsables et les fidèles de sa sympathie et de son soutien", ainsi que de sa détermination à "faire en sorte que les auteurs de cet acte odieux soient poursuivis, arrêtés et traduits en justice, quelles que soient leurs motivations, inconnues à ce stade de l'enquête". "Dans la République laïque, chacun doit être libre de pratiquer sa religion dans des conditions paisibles. Le Gouvernement ne tolèrera aucune violence contre les lieux de culte", a conclu le ministre de l'Intérieur.