Aurélien Pradié : "Sur l'immigration, Macron bavarde. Ses annonces sont du vent !"

Aurélien Pradié, député LR du Lot et secrétaire général des Républicains, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 5 novembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40. Il revient sur les quotas d'immigration, les questions de laïcité, de handicap et de violences conjugales.

Aurélien Pradié face à Patrick Roger

Aurélien Pradié : "sur l'immigration, la stratégie d'Emmanuel Macron est de bavarder largement"

Le gouvernement souhaite instaurer des quotas en matière d'immigration, en fonction des besoins sur le marché du travail. "C'est une bonne idée estime Aurélien Pradié, député LR du Lot et secrétaire général des Républicains, que nous les Républicains nous défendons depuis de nombreuses années. Mais l'idée c'est bien, les actes c'est beaucoup mieux ! Sur ce sujet, Emmanuel Macron est totalement impuissant. Nous avons eu il y a quelques semaines un débat à l'Assemblée nationale, sans vote. Sur un sujet aussi important que l'immigration, on nous a fait bavarder pendant des heures sans que nous puissions voter quoique ce soit derrière explique-t-il à Patrick Roger.

 

La stratégie d'Emmanuel Macron est de bavarder largement. Les chiffres sont accablants, avec une augmentation de 20% des demandes d'asile depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron, une baisse du budget de lutte contre l'immigration irrégulière de près de 10% cette année. Concernant l'instauration des quotas, on ne prend pas ce genre de mesure simplement avec un comité interministériel : c'est la loi qui doit fixer les règles, le niveau de quotas ! Il faut un débat à l'Assemblée nationale, il faut un vote, il faut transformer la loi.

Emmanuel Macron joue avec le feu : il se lève tous les matins en rêvant de Marine Le Pen. Ce qu'il veut, c'est être au deuxième tour de l'élection présidentielle avec Marine Le Pen et la responsabilité notamment des Républicains, c'est d'empêcher ce duel mortifère et stérile."

 

Bracelet anti-rapprochement : "Marlène Schiappa n'a pas assisté à une seule seconde des débats à l'Assemblée"

"je me suis beaucoup engagé sur des sujets sociaux, sur le handicap, sur les violences conjugales : je pense que ce sont aussi des marqueurs de droite. Mais ce qui compte, c'est que la droite redevienne crédible et qu'elle soit capable de porter des solutions. Sur ces sujets, nous avons une différence avec Emmanuel Macron : lui parle mais ne fait pas. Il faut que nous parlions et que nous fassions".

Concernant les violences conjugales, la proposition d'Aurélien Pradié de bracelet anti-rapprochement devrait voir le jour en 2020. Merci Marlène Schiappa, qui porte un peu ce combat ? "Marlène Schiappa n'a rien porté du tout sur ce sujet. Nous avons passé 10 heures dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, pour examiner cette proposition de loi dont j'ai été l'auteur et qui a été adoptée à l'unanimité. Marlène Schiappa n'a pas assisté à une seule seconde des débats à l'Assemblée. Marlène Schiappa bavarde et sur un sujet comme ça, ça me révolte. Nous devons cette proposition de loi à tous les députés qui se sont unis et à la Garde des Sceaux, mais surtout pas à Marlène Schiappa, qui se promenait sur les plateaux TV".

Concernant le handicap, on a appris le 4 novembre que 87% des élèves handicapés sont à temps plein à l'école. Est-ce le moment de féliciter Sophie Cluzel et Jean-Michel Blanquer interroge Cécile de Ménibus ? "Je n'ai jamais voulu faire de ce sujet un sujet polémique répond Aurélien Pradié. Mais je m'inquiète un peu de la manière dont Sophie Cluzel et Jean-Michel Blanquer se font mousser sur ce sujet. Tous les jours on nous fait remonter des situations d'enfants en situation de handicap qui ne sont pas scolarisés. J'ai participé à une commission d'enquête : je ne les conteste pas fermement, mais on a un vrai doute sur les chiffres du gouvernement sur le handicap, qui ne sont pas cohérents avec la réalité."

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !