Alexis Corbière : "Je suis populiste, je n’ai pas de problème à le dire"

Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, était l'invité, vendredi, de Territoires d'infos sur Public Sénat et Sud Radio. Il s'est lancé dans un plaidoyer pour le service public en opposition au programme de François Fillon et s'en est pris à Benoît Hamon.

Thumbnail

Invité de Territoires d'infos sur Public Sénat et Sud Radio, Alexis Corbière, le porte-parole du candidat de la France insoumise, a assuré ne pas avoir de problème à se dire "populiste". "La racine de ce mot, c'est le mot peuple", a-t-il rappelé, "je veux faire plaisir au peuple, oui. [...] Et alors, quels sont les candidats qui ne veulent pas faire plaisir au peuple ? Qu-est-ce qu'il veut le peuple ? Il veut l'égalité, la justice, la démocratie, l'honnêteté".  

Il a ainsi défendu le service public, "le patrimoine de ceux qui n'en ont pas", en opposition au programme de François Fillon. Le candidat Les Républicains "est l'homme de ces puissances de l'argent qui veulent l'affaiblissement de l'État pour faire de l'argent", a déclaré Alexis Corbière. "Je juge qu’avec mon bulletin de vote, il faut dégager François Fillon", a-t-il ajouté concernant le candidat de la droite poursuivi par les affaires depuis le mois de janvier. Le soutien de Jean-Luc Mélenchon a notamment estimé que "les gens de droite méritent mieux".

Alexis Corbière s'en prend à la posture de Benoît Hamon

Interrogé sur un possible cabinet noir de l'Élysée - comme l'a dénoncé François Fillon jeudi soir dans L'Émission politique sur France 2 - Alexis Corbière a semblé ne pas accorder beaucoup de crédit aux déclarations de l'ancien Premier ministre. Il en a néanmoins profité pour critiquer le quinquennat de François Hollande. "Il a abusé pendant cinq ans de sa position de président pour mener une politique qu’on n’attendait pas", a déclaré le soutien du candidat de la France insoumise, "la grande manipulation de M. Hollande et de son cabinet noir, je vais vous dire comment il s’appelle, c’est son gouvernement"

Le soutien de Jean-Luc Mélenchon s'est défendu de faire campagne uniquement sur le "dégagisme". "On pense qu'il faut en finir avec la monarchie de la Ve République", a affirmé le porte-parole qui voit dans l'assemblée constituante pour une VIe République proposé par le candidat de la France insoumise "une manière démocratique d’organiser ce grand changement"

Emmanuel Macron, le candidat du gouvernement

Alexis Corbière s'en est également pris à la posture de Benoît Hamon, qui a dénoncé encore ce matin sur Europe 1 "des trahisons". Il a directement interpellé le candidat socialiste mettant en doute son engagement dans la campagne si le scénario lui avait été défavorable. "Benoît, si tu avais été battu dans la primaire, à un mois de l’élection, tu aurais soutenu Manuel Valls contre Jean-Luc Mélenchon ?", a interrogé le porte-parole.

Le soutien de Jean-Luc Mélenchon s'est, à cette occasion, prononcé contre une éventuelle alliance au premier tour avec le candidat PS si ce dernier continue de baisser dans les sondages. L'occasion pour Alexis Corbière de critiquer la "sondocratie" qui imposerait un second tour Marine Le Pen - Emmanuel Macron. Il d'ailleurs qualifié l'ancien ministre de l'Économie "de candidat du gouvernement". "C’est la politique du gouvernement qui sera perpétuée dans le vote Emmanuel Macron", a taclé Alexis Corbière.


Invité : Alexis Corbière - Territoires d'infos... par publicsenat