Affaire Polanski : Catherine Deneuve déplore l'ire féministe

Catherine Deneuve a la conference de presse de 'Sage Femme'
atherine Deneuve au photocall de presse de 'Sage Femme'

Après son passage sur le plateau de l'émission Quotidien, Catherine Deneuve était sur Europe 1, le vendredi 17 mars, où elle a continué de défendre son ami Roman Polanski. On rappelle que, sous la pression de certaines associations féministes, le réalisateur fut obligéd'abandonner la présidence des César 2017.

En effet, la nomination de Roman Polanski à la présidence de la célèbre cérémonie des félicitations cinématographiques, ne passait pas pour certaines féministes. Le résultat est un Polanski qui se défausse et une Catherine Deneuve qui se désole de la situation. Si sur le plateau de Yann Barthès l'actrice était déjà équivoque à ce sujet, elle a réitéré ses propos chez Europe 1.

« Je trouve ça honteux ! Cela n'a rien à voir avec le temps. C'est l'œuvre des féministes qui se sont déchaînées. À mon avis, certaines ne savaient pas bien ce qu'on reprochait à Roman Polanski parce qu'il a été jugé. Simplement, il a su, entre le moment où il a été jugé et celui où il était en Amérique, que le juge avait décidé de le punir sévèrement et qu'il allait retourner en prison. Et il avait déjà fait de la prison. » Explique-t-elle.

Catherine Deneuve réagit de nouveau à l'affaire Polanski

Elle poursuit en disant, « Cette histoire date de 40 ans, elle a été jugée, il a vraiment souffert. Cette jeune femme, très jeune femme à l'époque, lui a pardonné, il y a eu un arrangement financier… On ne peut pas, 40 ans après, continuer de le lui reprocher ». Enfin, elle conclut en livrant son sentiment sur la fameuse pétition demandant la destitution de Roman Polanski en tant que président des César, « Je suis sûre que beaucoup de femmes qui se sont lancées dans cette pétition, c'était pour dire, voilà un homme qui viole les petites filles. C'est un raccourci. »Le moins que l'on puisse dire, c'est que des gens n'ont pas apprécié les interventions de l'actrice, certains n'hésitant pas à la supposer comme étant favorable à la pédophilie.Un unanimisme asphyxiant au sein duquel elle peut compter sur Emmanuelle Seigner, la femme du réalisateur, qui l'a soutenue via les réseaux sociaux .

À l'origine, Catherine Deneuve devait parler de son nouveau film, Sage-femme, qui sort mercredi prochain et dans lequel elle occupe l'affiche avec Catherine Frot, mais il semblerait que l'affaire Polanski déterrée la poursuive de ses assiduités.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio