Parlons Vrai chez Bourdin - Retraites : "L'unité intersyndicale est notre bien le plus précieux"

Retraites : 1,2 million de manifestants contre le réforme. Et maintenant ?

retraites Bourdin
François Hommeril, président de la CFE-CGC, syndicat des cadres, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 20 janvier dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

Au lendemain d'une première journée d'action réussie, les syndicats se projettent vers une nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites, le mardi 31 janvier 2023. Avec l'espoir que les manifestations et les grèves feront reculer le gouvernement.

Parlons Vrai chez Bourdin - retraites : "Ce qui compte c'est d'inscrire le mouvement dans la durée"

Les syndicats restent unis contre la réforme des retraites. "La CFE-CGC a signé le communiqué de l'intersyndicale, on y retournera le 31 janvier", confirme François Hommeril. Certains représentants syndicaux estiment que le délai est trop long. La réforme sera présentée le 23 janvier 2023. "Ce qui compte c'est d'inscrire le mouvement dans la durée", explique le président de la CFE-CGC. "Pour ne pas épuiser les forces de nos militants, pour qui c'est parfois coûteux de se mobiliser". Par ailleurs, "la manifestation dans la rue n'est pas le seul moyen d'exprimer notre opposition à ce projet".

Le président du syndicat des cadres évoque la pétition "qui a dépassé les 600.000 signature et qui va aller vers le million de signatures. Ça doit quand même bien servir à quelque chose ! C'est aujourd'hui un moyen d'expression de la population". L'option du referendum "est une option à l'étude", souligne-t-il également. "Je suis toujours favorable à un referendum dès l'instant qu'il est posé dans un cadre constitutionnel. Et que l'on donne à la population l'occasion de s'exprimer sur un sujet d'importance majeure pour le pays".

"L'unité de l'intersyndicale est notre bien le plus précieux"

Certains secteurs comme la SNCF ont déposé des préavis de grève. "L'unité de l'intersyndicale est notre bien le plus précieux", assure François Hommeril. "Chacun doit s'attacher à le protéger". "Il y a des initiatives sectorielles, chacun prend ses responsabilités sur le sujet. Nous sommes au niveau des confédérations dans une communication unitaire. Au niveau de l'intersyndicale, des initiatives prises par tel ou tel". En cas de préavis de grève à la SNCF, "à ce stade je n'appelle pas à la grève" précise-t-il. "Je fais confiance aux gens qui représentent mon organisation dans telle ou telle entreprise".

Les syndicats sont opposés au report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans. "Je suis très en colère contre le gouvernement qui prend cette mesure très injuste", fustige François Hommeril. "Elle n'est pas basée sur le principe de solidarité mais elle touche des populations particulières de façon très injuste". "Le problème du décalage de l'âge n'est pas accepté et n'est pas acceptable. Il faut que le gouvernement le retire dans ce projet. Je suis disponible dès le lendemain pour discuter avec eux sur tout un tas de sujets qui procurent des ressources supplémentaires au régime. Comme le taux emploi des seniors, qui est pour nous le sujet prioritaire".

 

 

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”