single.php

Émeutes : "La mort de Nahel est un prétexte, ils ne respectent plus la France"

Par Aurélie Giraud

Mort de Nahel : pillages, saccages, incendies… Au lendemain n'une nouvelle nuit de violences, Rudy Manna, Porte parole Alliance Police Nationale Sud, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 30 juin dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

Bourdin Émile
Parlons Vrai chez Bourdin du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Gérald Darmanin a annoncé que 667 personnes avaient été interpellées dans la nuit de jeudi à vendredi en France après une nouvelle nuit de violences, marquée par des saccages, pillages et dégradations de biens publics, en réaction à la mort mardi à Nanterre de Nahel, tué par un policier. Selon un dernier bilan, à Marseille, 56 personnes ont été interpellées. 13 policiers ont été blessés dans ces violences qui ont animé la nuit.

Émeutes : "Je n'ai jamais vu un tel degré de violence"

Vandalisme, pillages, saccages : "on a vécu une situation insurrectionnelle dans le centre-ville de Marseille" affirme Rudy Manna. "Des groupes de très très jeunes, avec très peu de relation avec Nahel. Ils ont profité de ce moment pour se rassembler et casser, en se donnant ce prétexte". "On a vu des jeunes déterminés, qui étaient là uniquement pour détruire, casser puis piller la totalité des magasins en centre-ville. De préférence des magasins de luxe".

Par rapport aux émeutes de 2005, "ce n'était pas du tout la même violence ! Elle est beaucoup plus importante aujourd'hui". "Les policiers m'ont dit qu'au départ ils ne s'en prenaient pas à nous, les jeunes étaient juste là pour détruire le domaine public. Ils ne cherchaient pas l'affrontement avec la police au départ, mais avant tout à détruire sur leur passage et piller". "Je n'ai jamais vu un tel degré de violence à l'encontre d'un bâtiment, et des pillages incroyables". "Les jeunes étaient environ 400. Imaginez qu'ils descendent tous des cités des quartiers Nord !"

"Ils ne respectent plus la France"

"Ils ne respectent plus la France, c'est ce qu'on ressent sur le terrain" assure Rudy Manna. "Ces jeunes n'aiment pas la France donc ils ne la respectent pas. C'est pour ça qu'ils la détruisent". "Beaucoup de collègues après leur nuit harassante m'ont appelé pour me dire 'on a mal à notre France, parce que notre France est malade'". "On essaie juste de défendre la veuve et l'orphelin". "Nous sommes extrêmement inquiets devant cette situation. "Beaucoup de collègues policiers m'ont dit que si ça ne change pas, on est foutu".

Que faut-il faire dans l'urgence ? "Il faudra que le président Macron et le ministre Darmanin nous donnent une orientation". "On est devant une situation très difficile à régler. On ne sait pas comment s'en sortir..." "Il va falloir qu'on passe au plan B" estime Rudy Manna. "Le plan A, c'est ce qu'on vit actuellement, où des jeunes font ce qu'ils veulent sans réponse pénale. Ils ont 14 à 17 ans, ils seront très peu condamnés. Si ce soir ou demain on recommence à interpeller 700 jeunes, et que 650 sortent pour excuse de la minorité, on ne s'en sortira jamais !"

 

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
03H
00H
23H
22H
21H
20H
19H
17H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/