Le porte-parole du gouvernement a averti d'une possible "riposte" en cas de preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le régime de Damas en Syrie.

Si "la ligne rouge a été franchie" en Syrie, il y aura "une riposte", a averti mardi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, indiquant que les échanges d'informations entre Emmanuel Macron et Donald Trump "confirment a priori l'utilisation d'armes chimiques".

"Si les responsabilités sont établies, le président de la République l'a rappelé à maintes reprises, si la ligne rouge a été franchie, elle donnera lieu à une riposte", a déclaré M. Griveaux sur Europe 1, après un nouvel entretien téléphonique dans la nuit entre les deux chefs d'État. 

"Le président de la République et le président des États-Unis ont échangé des informations qui confirment a priori l'utilisation d'armes chimiques", a-t-il indiqué, précisant que les hommes "ont donné instruction à leurs équipes" respectives "de poursuivre les investigations".

"Le président de la République a convenu de reparler dans les 48 heures au président Trump", a indiqué Benjamin Griveaux.

Pour la deuxième fois en deux jours, les présidents français et américain ont discuté des attaques chimiques présumées commises à Douma en Syrie, les deux présidents souhaitant "une réaction ferme" de la communauté internationale, a annoncé l'Élysée dans la nuit de lundi à mardi.

Les Occidentaux ont clairement mis en cause le régime Assad pour l'attaque de samedi, qui a fait, selon les Casques Blancs et l'ONG médicale Syrian American Medical Society, plus de 40 morts dans la région de la Ghouta orientale que Damas est en passe de reconquérir intégralement.

Donald Trump a de nouveau fait planer lundi la menace d'une action militaire imminente affirmant que les États-Unis répondraient "avec force" à une attaque chimique présumée en Syrie.

Interrogé sur la question du maintien ou non de la visite d'Emmanuel Macron fin mai en Russie, au vu des développements de la crise syrienne, M. Griveaux a déclaré qu'"à ce stade il n'y a pas de remise en cause de cette visite officielle".

"Il faut toujours discuter, même quand on a des désaccords, c'est le principe même du multilatéralisme, il n'est pas question d'isoler les uns par rapport aux autres, mais il faut en même temps pouvoir reconnaître les responsabilités des uns et des autres, en particulier dans cette région où de grandes puissances régionales exercent leur influence, que ce soit la Turquie, l'Iran ou la Russie", a ajouté le porte-parole.

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mardi 10 avril 2018 à 22:06
J'espère que Macron ne va pas faire bombarder la Syrie avec les U.S.A.
Macron veut réaliser ce qu'à commis Sarkozy en Libye, en mettant au pouvoir les islamistes. On a vu le triste résultat. En se débarrassant de Assad les djihadistes auront de beaux jours devant eux en prenant le pouvoir et tout ce que cela engendrera sur le plan géo politique. Erreur colossale. L'histoire semble se répéter.
Michel Ange
- Jeudi 12 avril 2018 à 08:16
A contrario on ne parle quasiment jamais du Yémen qui chaque jour se fait bombarder par les saoudiens, où des milliers de morts parmi les civiles sont exterminés. Indignation à géométrie variable.
Pourquoi ne pas intervenir au Tibet, pourquoi ne pas intervenir en Corée du Nord..............................

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio