Diplomatie : "Le tournant que les choses prennent avec la Chine est assez inquiétant"

L’ambassade de Chine a-t-elle transgressé toutes les règles de la bienséance diplomatique ? Marc Julienne, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI) et responsable des activités Chine du Centre Asie, était l’invité de Patrick Roger le 24 mars dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Thumbnail
Jean-Yves Le Drian a convoqué l'ambassadeur de Chine au Quai d'Orsay. Convocation à laquelle il n'a pas répondu pour l'instant "pour des raisons d'agenda".

"Elle interfère dans des problèmes intérieurs"

L’ambassadeur de Chine en France a traité un chercheur français de "petite frappe" et de "hyène folle". "On entend beaucoup parler de la diplomatie des loups guerriers de la Chine. Les occidentaux préfèrent peut-être que la Chine ait une diplomatie d’agneaux. Vous ne vous êtes pas habitués à la diplomatie actuelle de la Chine", a réagi son ambassadeur sur France 2. "Il essaye de signifier que cette diplomatie a changé, a un nouveau visage", décrypte Marc Julienne, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI) et responsable des activités Chine du Centre Asie.

"La Chine est une grande puissance pesant sur la scène internationale. Il est normal qu’elle prenne une plus grande place que par le passé ; c’est tout-à-fait légitime, estime ce chercheur. En revanche, c’est quand elle sort des pratiques diplomatiques habituelles, réglementées par des standards internationaux, que se pose le problème de la diplomatie. Quand elle interfère dans des problèmes intérieurs, attaque des médias, des parlementaires français ou des chercheurs, on sort du devoir de réserve que doivent respecter les diplomates."

 

"Des contre-mesures de la Chine "

Alors qu’elle est mise en cause sur les droits de l’homme ou la question des Ouïghours, peut-on dire que la Chine contre-attaque ? "Il faudrait quand même rappeler qu’il y a deux affaires différentes. Celle d’Antoine Bondaz, la semaine dernière, concerne un chercheur. Le contexte a escaladé lundi avec la question des sanctions imposées par l’Union Européenne sur quatre personnalités, des cadres de l’appareil de sécurité, sur la question des Ouïghours et des droits de l’homme. Dans la même journée, il y a eu des contre-mesures de la Chine vers des parlementaires, des chercheurs et des centres de recherche européen."

N’est-on pas sur une pente dangereuse avec la Chine ? "Oui, le tournant que les choses prennent est assez inquiétant, confirme Marc Julienne. Sur le plan politique, quand la Chine vise des élus des démocraties européennes, ce sont les États qui sont visés directement. Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, ont suivi l’Europe dans ces sanctions, On voit presque un front de démocratie occidentale se dessiner pour faire face à la Chine dans une diplomatie plus agressive. Nous sommes dépendants de la Chine, mais la Chine est aussi dépendante de l’Europe."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Sur le même sujet

Réaction d'Antoine Bondaz, le chercheur insulté par l'Ambassade de Chine en France:

"L'ambassade de Chine a décidé de m'insulter. Je l'appelle plutôt à critiquer mes travaux"