Yvan Le Bolloc'h : "il n’y a pas d’argent facile en passant à la télé"

“Pour moi, il n’y a pas d’argent facile en passant à la télé", a déclaré le comédien Yvan Le Bolloc'h, à l'affiche d'"En famille" sur M6 le 10 septembre 2019.

Yvan Le Bolloc'h, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Yvan Le Bolloc'h : "je suis un fou de télé"

"Pour moi, il n’y a pas d’argent facile en passant à la télé. Après avoir brillé quelque temps dans le petit écran, tu te retrouves seul", a déclaré Yvan Le Bolloc'h au sujet de la télé-réalité, avant de poursuivre : "la télé-réalité, c’est la vacuité absolue. Ils profitent des pauvres jeunes qui ont 2-3 mots de vocabulaire".

Je suis un fou de télé. Je suis assez curieux, je regarde tout. Je regarde tout avec la même intensité. Parfois, ma femme me dit : 'mais les publicités, c’est pas la même chose'. Je suis vraiment un enfant de la télé, j’ai grandi avec".

 

"Vive Bouchon, une pièce absolument formidable"

Yvan Le Bolloc'h nous a aussi parlé de la pièce de Gérald Sibleyras Vive Bouchon, dans laquelle il joue avec Julien Cafaro, Nathalie Corré et Sébastien Pierre. "C’est une pièce absolument formidable, qui raconte ce petit village qui s’appelle Bouchon, qui est maintenu en vie grâce au maire avec son assistante de mairie et son petit frère. Il subsiste uniquement grâce aux subventions de Bruxelles. Il a besoin de scolariser au moins 4 enfants pour maintenir l’école ouverte, alors il envoie son frère, qui a 35 ans, en CM1. Il casse lui-même une vitrine dans le village pour toucher une subvention pour les quartiers en difficulté. Tout cela, jusqu’au moment où Bruxelles commence à trouver tout cela suspicieux et envoie un émissaire, auquel il doit rendre des comptes".

Yvan Le Bolloc'h s’est également exprimé sur les Gilets Jaunes. "À travers toutes ces luttes, ces moments de connivences, il y a tout ce qui manque réellement dans le périurbain, la province, la banlieue. C’est grâce au lien social que le lien perdure et aussi parce qu’aucune réponse n’a été donnée. Les Gilets Jaunes peuvent continuer à manifester tous les samedis jusqu’à la Saint-Glinglin s’ils ne musclent pas leur discours et s’ils n’essaient pas de se rapprocher des syndicats pour faire une convergence des luttes et obtenir un rapport des forces qui puisse faire bouger les choses".

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !