Yannick Letranchant: "La motion de défiance contre Delphine Ernotte est injuste"

Yannick Letranchant, directeur de l'information de France Télévisions

Yannick Letranchant, directeur de l'information de France Télévisions, était l'invité de l'émission Le 10h-12h, sur Sud Radio.

700 journalistes du groupe France Télévisions se prononcent ce mardi sur une motion de censure déposée contre leur présidente, Delphine Ernotte, qui peut compter sur le soutien de Yannick Letranchant, directeur de l'information, invité du 10h-12h sur Sud Radio.

"Je suis solidaire avec la présidente, qui m'a nommé et avec qui je travaille en toute confiance au quotidien, a indiqué Yannick Letranchant. Cette motion est injuste à son endroit. Je défends la rédaction au quotidien, mais je peux vous assurer que la présidente la défend également."

Pour autant, l'annonce de coupes budgétaires qui touchent les rendez-vous d'information, notamment le magazine Envoyé Spécial, a mis le feu au poudre et tendu les relations entre Delphine Ernotte et la rédaction de France Télévisions.

 

 

"Il y a des inquiétudes, elles sont normales, légitimes, a reconnu Yannick Letranchant. On est dans des contraintes, sur le plan budgétaire, qui sont très importantes. On va devoir faire un effort de 50 millions d'euros en 2018. On est face à une rédaction qui est ambitieuse, rigoureuse, qui met un niveau d'exigences très important pour nos différents rendez-vous. Le fait qu'on réduise un certain nombre de CDD ou qu'on fasse appel à moins de pigistes, ça les bouleverse."

Au point, comme Élise Lucet, de remettre en cause la liberté d'information au sein de la télévision publique. Une attaque que n'accepte pas Yannick Letranchant : "On est dans une maison un peu particulière, où les cadres ont une liberté d'expression assez forte, ou se l'arrogent assez facilement. C'est ce qui fait le charme de cette maison. Les inquiétudes sont réelles, elles s'expriment de différentes façons, y compris chez certains présentateurs, mais l'indépendance n'a jamais été remise en cause, ça n'a rien à voir là-dedans."

"En tout cas, il n’a jamais été question qu’on renonce à l’investigation et à l’enquête, a-t-il ajouté. C’est vrai pour les magazines, mais aussi pour les journaux."

Écoutez l'interview de Yannick Letranchant, invité du 10h-12h, présenté par Valérie Expert

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio