Valérie Trierweiler : "Être journaliste avec le nom que je porte, c'est compliqué"

Valérie Trierweiler, ancienne journaliste politique de "Paris Match" et ancienne première dame de France, était l'invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 5 juillet 2022 dans "Le 10h - midi".

Valérie Trierweiler
Valérie Trierweiler, invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Le mercredi 6 juillet 2022 à 21h05, M6 diffuse un nouvel épisode de "Pékin Express" avec des influenceurs, sportifs, journalistes, Miss France, animateurs et comiques. Toutes ces personnes partent au Sri Lanka. Parmi elles, Valérie Trierweiler, ancienne journaliste politique de "Paris Match" et ancienne première dame de France.

 

Valérie Trierweiler : "Il y a toujours des gens méchants qui ont envie de se moquer"

Valérie Trierweiler a d’abord expliqué son choix de faire Pékin Express, ensemble avec sa meilleure amie. "Je connais déjà l’Inde du sud, Kerala, qui ressemble beaucoup au Sri Lanka. Mais je rêvais d’aller au Sri Lanka. Ces activités permettent de mieux découvrir un pays que si on y allait en touriste. Par contre, au moment de donner la réponse on ne sait pas dans quel pays on sera envoyé. J’adore l’aventure dans tous les sens du terme. Et honnêtement je m’ennuie un peu en ce moment, je n’ai pas de travail, je me suis donc dit : 'ça va me faire du bien de sortir de cette grisaille'."

"Avec ma partenaire et meilleure amie, Karine Fournier, on était le duo le plus âgé. On ne voulait pas être éliminées tout de suite, on s’est dit : 'on va montrer à ces petits jeunes'. J’ai dit à Karine : 'Il faut que tu te prépares au fait que les gens te reconnaissent dans la rue, et surtout ne pas lire ce qu’on va dire de toi sur les réseaux sociaux parce qu’il y a toujours des gens méchants qui ont envie de se moquer'. Karine a un capital de sympathie génial, mais il y aura toujours 2-3 personnes qui vont nous attaquer", a poursuivi Valérie Trierweiler.

"Je lance un appel pour trouver un emploi"

Valérie Trierweiler a aussi touché un mot de son licenciement de Paris Match et de ses difficultés actuelles de retrouver un emploi. "C’est compliqué d’être une femme de plus de 55 ans. Autour de moi, toutes mes copines se font virer à 55 ans. C’est pour ça qu’il faut réfléchir avant de proposer la retraite à 65 ans. Parce qu’un senior sur deux est au chômage. Donc, si vous demandez aux gens de travailler au-delà de 55 ans, vous allez automatiquement augmenter le nombre de chômeurs. Je pense qu’être journaliste avec le nom que je porte et la vie que j’ai eue, c’est compliqué. Je lance un appel pour trouver un emploi, aujourd’hui je suis inscrite à Pôle emploi.

J’ai été virée de Paris Match il y a deux ans, j’ai gagné mon procès car c’était un licenciement sans raison et peut-être même pour des raisons politiques. Je le vis comme une injustice. Paris Match, c’est 30 ans de ma vie, et ce n’était pas uniquement un travail, c’était une famille.

 

À lire aussi :

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert