Sylvie Pierre-Brossolette : "Les stéréotypes de genre persistent dans les pubs"

Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge du droit des femmes

Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge du droit des femmes, était l'invitée du Grand Matin Sud Radio.

Dans les publicités, les stéréotypes de genre ont la vie dure. C'est la conclusion du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Invitée du Grand Matin Sud Radio, Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA en charge du droit des femmes est revenue sur la question.

"Nous l'avons constaté en réalisant une étude, publiée à l'automne dernier, où nous avons mis en lumière la persistance des stéréotypes de rôles, a-t-elle expliqué. Les experts, ce sont en majorité des hommes. Et les femmes sont généralement consommatrices ou, pire, objets ou garniture. Comme la loi nous donne une nouvelle compétence sur la publicité, nous avons entamé le dialogue avec les annonceurs, qui ont compris que c'était aussi leur intérêt de bouger, de faire des publicités en osmose qui vient et pas avec le monde passé."

Pour Sylvie Pierre-Brossolette, "la société a évolué plus vite que les publicités" et le CSA a travaillé, avec les annonceurs, à "une charte pour s'engager à diminuer ces stéréotypes de genre et rééquilibrer les rôles entre les hommes et les femmes".

 

Une action qui vise spécifiquement les publicités, mais qui est la même pour les autres programmes audiovisuels. "On ne peut pas supprimer des programmes, a toutefois rappelé Sylvie Pierre-Brossolette. Nous n'allons pas faire de l'ingérence éditoriale, on nous reprocherait d'être en Union soviétique. Mais nous pouvons faire des remarques quand il y a des excès, ce que nous avons fait. L'an dernier, nous avons eu trois procédures de sanctions financières."

En tant que membre du CSA, Sylvie Pierre-Brossolette a évoqué le conflit qui oppose actuellement Canal à TF1 et qui a poussé Canal à stopper la diffusion, sur ses décodeurs, des chaînes du groupe TF1 : "On ne peut les forcer à rien. Nous sommes à la disposition des groupes pour essayer d’aboutir dans cette tentative de renégociation du partage de la valeur entre producteur de contenus et distributeur. Comme tout conflit, il y a des phases un peu dures. Nous offrons nos services pour essayer de rapprocher les points de vue, surtout pour aller vite car nous sommes protecteurs des téléspectateurs. Nous espérons que ça débouche le plus vite possible. Nous recevons TF1 cet après-midi, Canal demain, et nous espérons que ces acteurs, qui sont quand même responsables, finiront par trouver un terrain d’entente."

Écoutez l'interview de Sylvie Pierre-Brossolette, invitée du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard

 

Les rubriques Sudradio