Robert Namias : "L'audience à tout prix fonctionne sur le buzz, le clash et le bruit"

Le journaliste Robert Namias, auteur de "Mortelles Comédies" aux Éditions de l'Observatoire, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 31 mai dans "Le 10h - midi". Il revient notamment sur la transformation des médias.

Robert Namias
Robert Namias, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Robert Namias a été patron de l'info de TF1 pendant de nombreuses années. Son nouveau livre Mortelles Comédies est un roman policier. Une fiction assez cinglante sur l'univers du journalisme, des chaînes d'infos en particulier.

Robert Namias : "L'audience à tout prix fonctionne sur le buzz, le clash, le bruit et pas du tout sur le fond"

Le nouveau roman de Robert Namias est "très critique, assez noir et pessimiste à l'égard de l'évolution de l'information" selon les propres termes du journaliste. Le livre commence par le meurtre du patron de la toute-puissante chaîne Globe Info. Tout le roman consiste à retrouver qui a pu commettre cet assassinat. "Un polar haletant qui fonctionne très bien" souligne Valérie Expert. "Le polar est aujourd'hui un art noble dans la littérature, dont l'intérêt est de capter l'attention estime Robert Namias. Ça a toujours été ma démarche professionnelle : essayer de dire des choses graves. Ce que je dis en matière d'évolution de l'information me paraît grave, mais j'essaie en même temps de m'adresser au plus large public possible. C'est une lecture à deux degrés".

Il ressort du livre un certain cynisme face à l'information, avec la course aux scoops pour faire de l'audience. "Je souhaite, à travers ce livre, qu'on retrouve les fondamentaux qui sont ceux pratiqués notamment dans la couverture de la guerre en Ukraine explique Robert Namias. La course à l'audience a toujours existé reconnaît-il, mais dans un contexte de prospérité qui n'a strictement aucun rapport. Les médias, de manière générale, pendant longtemps ont gagné beaucoup d'argent. Aujourd'hui, la course à l'audience est vitale ! À partir du moment où les médias ne gagnent plus d'argent, qu'ils essaient d'en perdre le moins possible, c'est l'audience à tout prix. Ça conduit à toutes les dérives, on sait que l'audience à tout prix fonctionne sur le buzz, le clash, le bruit et pas du tout sur le fond" dénonce le journaliste.

 

Affaire PPDA : "C'est important d'entendre ces femmes et de les croire"

"Mon roman est un cri d'alerte sur ce qui se passe depuis 3 ou 4 ans et qui a été amplifié considérablement par la crise des Gilets jaunes puis par le Covid" précise Robert Namias. "On est dans ce qui crée une forme d'habitude du consommateur d'informations à accepter le n'importe quoi. Les codes fondamentaux de l'information, la vérification de l'information et la hiérarchie de l'information ne sont plus respectés" déplore le journaliste. "Après ces 4 années qui ont vraiment constitué un phénomène d'accélération sur les dérives de l'information, il est temps de se poser. On peut basculer de l'autre côté et ne plus revenir en arrière, ou à l'inverse retrouver nos fondamentaux avec les nouveaux moyens qui sont les nôtres aujourd'hui."

Interrogé sur Patrick Poivre d'Arvor, Robert Namias confie que "dans sa pratique professionnelle, il avait de formidables qualités d'antenne." "Je souhaite une seule chose, c'est qu'on croit ces femmes et qu'elles puissent s'exprimer dans le cadre judiciaire. Puisque Patrick Poivre d'Arvor a déposé 16 plaintes pour dénonciation calomnieuse, j'espère qu'elles ne seront pas classées sans suite, que la justice fera son travail et qu'elle ouvrira un débat. Il faut que les femmes puissent donner leur vérité et que Patrick Poivre d'Arvor s'explique et réponde." "Si nous avions été au courant, jamais nous n'aurions laissé faire !" assure l'ancien patron de l'info de TF1.

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.