Luc Alphand : "En ski, un coureur s'entraîne six mois pour courir quatre"

Luc Alphand, ancien champion de ski alpin et aujourd'hui consultant ski de France Télévisions, était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" le 1er février 2023 dans "Le 10h - midi".

Luc Alphand
Luc Alphand, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

En 2023, les Championnats du monde de ski alpin auront lieu du 6 au 19 février à Couchevel et Meribel. Ils seront diffusés sur France 2, France 3, France 4, france.tv et l'application francetvsport : trente heures de direct et de spectacle pour vivre en intégralité les épreuves masculines et féminines avec, aux commentaires, Alexandre Pasteur, Claire Vocquier-Ficot ainsi que les consultants Carole Montillet et Luc Alphand.

 

Luc Alphand : "Dans pas mal de disciplines on a des garçons qui sont assez bons"

La France a-t-elle une chance cette année ? "Ce sera la première compétition à domicile depuis les Championnats du monde de ski alpin en 2009 à Val d’Isère. Dans pas mal de disciplines on a des garçons qui sont assez bons. On a Alexis Pinturault, on a Clément Noël, on a Johan Clarey… On arrive des leaders, et puis j’espère qu’à domicile ça marchera bien", a répondu Luc Alphand.

 


Cette compétition sera-t-elle compliquée pour Johan Clarey, qui vient d’avoir 42 ans ? "Il y a beaucoup de coureurs qui ont continué jusqu’à 37-38 ans. En plus, dans une discipline comme la descente on prend des risques. C’est cette partie-là qui fascine le plus, cette envie d’aller vite, de prendre encore des risques, de se mettre en danger. La partie entraînement est longue, un coureur s’entraîne six mois pour courir quatre. Quand on commence au mois de juin, garder cette motivation, retourner s’entraîner avec les autres, avec des jeunes de vingt ans… Parce qu’il coure avec mes gamins, mes deux garçons. C’est hallucinant, je dis chapeau, parce qu’il est présent. C’est un modèle de rigueur et de travail. Il gère aussi d’anciennes blessures."

"Johan Clarey est un modèle de rigueur et de travail"

Quel regard Luc Alphand porte-t-il sur sa chute de 1997 ? "Les Jeux olympiques, je pense que j’ai fait toutes les places de 4 à 7. Aux Championnats du monde j’ai déjà fait une médaille de bronze. Ce jour-là c’est pas passé, mais je ne suis pas au bord des larmes quand même."

 


Et que pense-t-il de la neige artificielle sur les pistes ? "Le changement climatique, tout le monde le voit et le constate. Il y avait une polémique lors des Jeux de Pékin de 2022 parce qu’ils utilisaient de la neige de culture. En France non plus on n’a pas eu un super hiver en 2022. 80% des stations en France utilisent cette neige de culture. Et si elle n’était pas présente chez nous, beaucoup de gens en montagne souffriraient. Donc, je pense pour le ski, pour l’économie du ski c’est important."


À lire aussi :


Revenir
au direct

À Suivre
/