Lara Fabian : avec The Voice, "je fais ce pour quoi je suis née : transmettre"

Lara Fabian, membre du jury de l'émission "The Voice", diffusée tous les samedis soir sur TF1, était interviewée par Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 7 février dans "Le 10h - midi".

Lara Fabian invitée de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Gilles Ganzmann est allé rencontrer Lara Fabian sur le tournage de l'émission "The Voice". Lara Fabian lui confie ne pas avoir le temps de regarder la télévision. "Ma vie est un voyage permanent, une dévotion à ce que je fais ! reconnaît-elle. Ça me laisse peu de temps pour m'assoir et regarder la télé. Quand je le fais, j'essaie de choisir des programmes qui me font plaisir".

 

Lara Fabian : avec The Voice, "je fais ce pour quoi je suis née : transmettre"

Pourquoi avoir accepté de faire "The Voice", l'émission la plus regardée sur TF1, la plus critiquée sur les réseaux sociaux ? s'interroge Gilles Ganzmann. "Tout ce que je vois autour de moi, c'est plutôt une grande porte ouverte qui accueille avec la même bienveillance qu'on accueille les talents, les coaches, rectifie-t-elle. Je vois un public ravi, de grandes émotions se transmettre, une fille assise sur une chaise, dont je suis, qui fait ce pour quoi elle est née : transmettre, une partie de ce quoi moi-même j'ai appris au travers du temps. Au-delà des opinions, des jugements ou de toute forme des critiques, il y a tout le champ des possibles.

Pour Lara Fabian, ce n'est pas une émission exposée qu'à des choses négatives, c'est une émission exposée à des choses très belles aussi. S'il fallait que je m'arrête face à une critique, face aux gens qui se déversent sur Instagram et sur les réseaux sociaux ; s'il fallait que mon temps soit dédié à ceux qui ne m'aiment pas plutôt qu'à ceux qui m'aiment, ça fait longtemps que j'aurais arrêté", ajoute-t-elle.

Lara Fabian confie "vivre l'expérience The Voice en pleine gratitude. La transmission est vraiment ce que je veux faire à partir d'aujourd'hui dans ma vie, insiste-t-elle, au-delà même de mon métier à moi en tant que chanteuse, où j'ai envie de continuer à faire de la musique et des tournées. 'La Voix' au Québec, il y a 2 ans, m'a ouvert un monde qui me rend heureuse, me permet d'être un tout petit peu plus invisible en tant que la chanteuse que vous connaissez, mais plus visible en tant que l'être humain qui transmet. Ça c'est peut-être une des choses les plus enrichissantes que j'ai vécues depuis le début de ma carrière".

Pour elle, The Voice "n'est certainement pas faire s'abandonner les talents qui viennent dans un projet qui ne pourra pas exister, mais au contraire redonner de l'espoir à tous ceux qui nous regardent à la maison en se disant 'on peut traverser le miroir, il peut y avoir une opportunité de faire ce que l'on est, ce que l'on aime, et peut-être d'aller vivre une vie plus douce et plus sereine'. La musique est un moyen énorme pour ce faire".

 

"Maria [Doyle] est une voix céleste, quelque chose dans la dimension de sa voix qui rejoint la foi, quelle que soit cette foi"

Dans la première émission de "The Voice" de cette 9ème saison, Lara Fabian a eu un coup de cœur pour Maria Doyle, aveugle depuis 9 ans et demi. "Pour moi, Maria est une voix céleste, quelque chose dans la dimension de sa voix qui rejoint la foi, quelle que soit cette foi, explique Lara Fabian. C'est une femme qui, de toute évidence, a utilisé son courage pour mettre en avant son espérance. C'est une grande inspiration pour moi, elle nous montre que l'adversité c'est autre chose qu'un peu de fatigue, un petit problème. C'est vivre une histoire comme la sienne et pouvoir malgré tout entrer en résilience et faire de ce drame finalement un atout".

Lors de cette première émission, Lara Fabian s'effondre, et lâche comme quelque chose qui sort d'elle "c'est ma mère, j'entends ma mère", se souvient Gilles Ganzmann. "Je la vois aussi ! ajoute Lara Fabian. C'est très troublant et ça me le fera à chaque fois que Maria apparaît : j'ai cette incroyable connexion immédiate qui me ramène cet être que j'aime tant et qui est parti trop tôt, confie-t-elle avec émotion. D'abord ma mère s'appelle aussi Maria ; ensuite ma mère et moi on avait une passion pour l'Irlande ; et puis elle a cette solidarité, cette légèreté, cette lumière que ma maman avait aussi. Et quand elle m'a prise dans ses bras comme ma mère le faisait, j'ai perdu la carte, je me suis demandée ce que ça voulait dire..."

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !