Jérôme Pierrat : "Vu l'argent qui est brassé, les dealers ne vont pas laisser leurs points de vente"

Jérôme Pierrat, journaliste spécialiste en crime organisé et en grand banditisme, était l'invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 27 septembre 2021 dans "Le 10h - midi".

Jérôme Pierrat, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Le mercredi 29 septembre 2021 à 21h05, RMC story diffuse le documentaire de Jérôme Pierrat "Génération Kalach : la face cachée des cités".

 

Jérôme Pierrat - Drogue : "La digue a sauté"

 

"Le constat, on le connaît depuis un petit moment, c’est des règlements de comptes. Mais là, il y a une phase d’accélération, de banalisation, de démocratisation des règlements de comptes au sein des milieux criminels. Et ça touche des gens de plus en plus jeunes, dans des villes qui n’étaient pas vraiment impactées par cette criminalité avant. C’est ce phénomène-là que j’ai envie de raconter", a déclaré Jérôme Pierrat.

 


Comme l’explique Jérôme Pierrat, la violence liée au trafic de drogue prend de l’ampleur, tant du point de vue de son intensité que de son étendue géographique. "Il y a vingt ans, ils ont acheté ces kalachs qui venaient de pays de l’Est en guerre, ils les ont stockés mais ne s’en servaient pas. Et puis la génération d’après, il y en a un qui a osé la sortir. Et puis, par effet de mimétisme, la digue a sauté, et tout le monde s’y est mis. D’abord à Paris, Marseille et Lyon, dans les grands centres urbains, puis ça a commencé à toucher Le Creusot, Valence…"

 

"Souvent les dealers prennent des produits stupéfiants pour se donner le courage de tuer des concurrents"

 

Les jeunes qui se tuent dans les cités, savent-ils à quoi ils jouent ? "Quand on regarde l’âge des morts et de ceux qui se font arrêter (même s’il n’y en a pas beaucoup), j’ai l’impression qu’ils n’ont pas encore bien conscience de ce qui se passe. Souvent, ils prennent des produits stupéfiants pour se donner le courage de tuer des concurrents. Il y a donc une forme d’inconscience.

 


C’est des conflits commerciaux, mais qui ne se règlent pas au tribunal de commerce par définition. Donc, ils sont obligés de se régler entre eux. On voit la pointe de l’iceberg, les points de deal, qui sont animés par des mineurs principalement pour éviter les poursuites judiciaires. Et puis, avec l’argent qui est brassé, on ne va pas laisser ces points de vente. Et derrière ces moins de 18 ans, il y a des gens beaucoup plus importants, qui défendent leurs intérêts. Et comme les points de vente, c’est très rémunérateur, ça se multiplie, donc forcément il y a des conflits."

 

"La jeune génération des dealers, ils sont décomplexés"

 

Comment Jérôme Pierrat parvient-il à gagner la confiance des dealers ? "Cela fait un certain nombre d’années que je traîne dans ces milieux. Avec le temps, il y a un carnet d’adresses qui se crée. Mais comme ils sont très jeunes, ça change beaucoup, ils partent souvent car ils sont incarcérés, les correspondants changent donc. Et puis, ils ont vu mon travail au fil des années, ils me font confiance. La jeune génération, ils sont décomplexés. Il y a dix ans, quand j’essayais de filmer les points de vente, les types enfilaient leurs cagoules et pouvaient expliquer comment ça marche mais me disaient qu’il était hors de question de montrer à quel endroit c’est. Aujourd’hui, ils me disent : 'pourquoi te cacher dans un coin ? Viens, mets ta caméra, mets ton pied'. J’évite de poser la question de savoir pourquoi ils acceptent…"


Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !