Jean-Marc Barr : "Je suis devenu acteur parce que je suis idéaliste"

Le comédien Jean-Marc Barr, que vous retrouverez jeudi 27 janvier sur Arte dans la mini-série fantastique "La Corde", était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 25 janvier dans "Le 10h - midi".

Jean-Marc Barr
Jean-Marc Barr, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

La mini-série fantastique "La Corde" est portée notamment par Jean-Marc Barr, Suzanne Clément et Jeanne Balibar. Elle mêle thriller fantastique et drame humain pour interroger notre quête perpétuelle de savoir.

Jean-Marc Barr : "Je suis de gauche et en ce moment, personne ne me va !"

Jean-Marc Barr est franco-américain. "Je suis né sur une base américaine en Allemagne, explique-t-il. J'ai grandi en Californie dans les années 60-70 mais je suis venu en Europe à 19 ans. Je ne suis jamais retourné en Californie mais je suis Californien de base ! Il y a eu un certain mouvement social qui a quitté les États-Unis avec Reagan, mais j'ai conservé ça en moi, confie le comédien. Cette idée de liberté qui est illusoire". Jean-Marc Barr a signé la tribune appelant à voter à la Primaire populaire de gauche pour les élections présidentielles. "Je suis venu en France avec l'élection de Mitterrand, rappelle-t-il. Pour un Américain, comprendre la possibilité de vivre dans un État socialiste, c'était quelque chose ! Mais j'étais avec une Yougoslave à l'époque et quand j'allais à Belgrade, je voyais que les gens étaient un peu plus égaux qu'en Californie et ça me plaisait !", raconte-t-il.

"Je suis de gauche, affirme Jean-Marc Barr. Et en ce moment, personne ne me va. Je n'ai plus confiance dans le système. Comme aux États-Unis, je vois une droite et une droite extrême et voilà notre choix, regrette-t-il. On ne sait même pas comment expliquer aux enfants ce qu'était la gauche ! D'après lui, cela vient du fait "qu'auparavant, il y avait les travailleurs. Dès qu'on a désindustrialisé ce pays, ça a neutralisé ce pouvoir". Il ajoute "C'est dur d'être un Américain aujourd'hui parce qu'on est en train de remettre en place qui on est". Pour lui, "on va en être incapables". Il redoute une guerre civile...

"Je suis devenu acteur parce que je suis idéaliste"

La mini-série "La Corde", qui comprend trois épisodes de 52 minutes, est adaptée du roman éponyme allemand de Stefan aus dem Siepen. Elle raconte l'histoire d'un groupe de scientifiques isolés dans une base d’observation en Norvège, qui découvrent une mystérieuse corde qui s’enfonce dans la forêt. Faut-il la suivre ? Jusqu'où elle va ? Les scientifiques mènent l'enquête. "Cette histoire est aussi une allégorie de la vie, souligne Gilles Ganzmann. Est-ce qu'il faut toujours aller plus loin sans s'arrêter, sans savoir ce qu'il y a au bout, ou rester avec soi-même et ce qu'on a... ?"

"J'ai été très étonné qu'Arte parie là-dessus !, confie Jean-Marc Barr. Dans cette histoire de gens qui suivent une corde, où leur destin se révèle, le téléspectateur a la possibilité de s'identifier. On est dans un genre d'horreur qui devient un peu existentielle, mélancolique. Je suis très fier d'Arte, du réalisateur Dominique Rocher qui montrent l'évolution du genre. Dans nos salles, on a moins cette possibilité de le montrer". Pour le comédien, "ce n'est qu'à travers les plateformes que ce réseau adulte peut exister". Jean-Marc Barr, acteur singulier, prend toute sa dimension dans cette mini-série. "Je suis devenu acteur parce que je suis idéaliste. C'était une manière de communiquer un idéal. Quand le Grand Bleu m'est tombé dessus, j'avais la possibilité de choisir mon destin, de travailler pour le cinéma européen".

 

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.