single.php

Georges-Marc Benamou : "La Peste est une parabole du colonialisme, du nazisme et du vichysme"

Par Jean Baptiste Giraud

Le journaliste et producteur Georges-Marc Benamou était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 7 mars 2024 dans "Sud Radio Média".

Georges Marc Benamou
Georges-Marc Benamou, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Georges-Marc Benamou signe l'adaptation en série, pour la télévision, du célèbre roman d'Albert Camus La Peste. Cette série sera diffusée tous les lundis à 21h10 sur France 2.

 

Georges-Marc Benamou : "Comme si on redécouvrait que le grand intellectuel du siècle dernier, c’était Albert Camus et pas Jean-Paul Sartre"

"Cette série s’est faite après un documentaire que j’ai réalisé, Les vies d’Albert Camus, qui a eu un grand succès, qui a ému les gens, et qui va d’ailleurs être rediffusé. Comme si on redécouvrait que le grand intellectuel du siècle dernier, c’était Albert Camus et pas Jean-Paul Sartre. La peste a vraiment eu lieu à Oran en 1940, mais c’est aussi une parabole du colonialisme, du nazisme et du vichysme. Même si c’est le totalitarisme qu’il fallait condamner. On a vécu le Covid, dans cette série on a situé l’action en 2030.

Ce qui est en germe aujourd’hui pourrait exister en 2030 : la société du déni, on ne dit pas la vérité aux citoyens, en tout cas dans un premier temps, parce qu’on veut sauver la saison estivale et que les autorités ne veulent pas que les citoyens sachent. On est cernés comme les Chinois : on sait où vous êtes, ce que vous faites. Les hôpitaux sont saturés. Donc, ce sont des traits de la vie d’aujourd’hui qu’on a voulu outrer pour montrer que demain, les totalitaires de tous poils pourront prendre le pouvoir et enlever la liberté aux hommes", a raconté Georges-Marc Benamou.

 

"On s’est dit que ça ne sert à rien de parler de la peste en 1940 alors qu’on a vécu le Covid"

L’action de cette série se passe en 2030, et les allusions à l’épidémie de Covid-19 sont évidentes. "Pendant le Covid, La Peste est redevenu le livre le plus lu, et chacun avait son mot à dire. À un moment, Netflix et des producteurs allemands sont venus et voulaient nous prendre les droits. Heureusement, on a été soutenus par Catherine Camus, qui a aimé notre parti pris et notre adaptation. On a voulu situer l’action, on s’est dit que ça ne sert à rien de parler de la peste en 1940 alors qu’on a vécu le Covid. Et on a voulu montrer aux gens que le Covid, c’est peanuts (pardon pour ceux qui en ont souffert) par rapport à la peste, qui tue une personne sur deux."

Comme l’explique Georges-Marc Benamou, dans cette adaptation, certains personnages ont été rajoutés. "Chez Camus, il n’y a pas de femmes. Donc, il a fallu qu’avec Gilles Taurand on invente des personnages féminins, ainsi que des personnes jeunes. Pour donner la réalité de la vie en 2030 dans le sud de la France."

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
09H
08H
07H
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/