Farrah Youbi : "L'atténuation de la responsabilité des mineurs est souvent critiquée"

Farrah Youbi, la réalisatrice de la série documentaire "Adolescents et Criminels", était l’invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 18 novembre 2021 dans "Le 10h - midi".

Farrah Youbi
Farrah Youbi, invitée de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Chaque année, 90.000 mineurs sont jugés au pénal. Dans la série documentaire "Adolescents et Criminels", que RMC Découverte diffuse tous les vendredis à 21 heures, Farrah Youbi s’est plongée dans leurs dossiers pour raconter les plus intéressants d’entre eux.

Farrah Youbi : "Il y a tout un travail d’enquête, d’investigation, de prise de contact"

"Je réalise des documentaires judiciaires depuis bientôt 15 ans. Je travaille uniquement dans le judiciaire. Beaucoup de ces films sont réalisés ensemble avec Philippe Thuillier, qui est également producteur de cette série. C’est le milieu dans lequel j’évolue. Il y a tout un travail d’enquête, d’investigation, de prise de contact. Après, il y a la confiance qui s’instaure. On a pu grâce à eux, à leur participation, réaliser cette première saison", a déclaré Farrah Youbi.

 


Quelle est l’affaire qui a le plus marqué Farrah Youbi ? "C’est l’affaire Fonzy, on a diffusé cet épisode le 12 novembre 2021, il est disponible en replay. C’est un jeune Marseillais de 16 ans, qualifié de tueur en série, qui va sévir en 2012 à Marseille en s’en prenant à des personnes âgées. Il viole et tue une dame de 88 ans. Ou encore un homme retraité de 69 ans. Il y avait un profil psychologique à explorer pour comprendre comment ce mineur a pu commettre l’impensable."

"On considère que ce sont des adultes en devenir, des adultes en construction, que le socle a certaines fragilités"

Quels sont, justement, les profils de ces délinquants mineurs ? "Ils viennent de milieux différents. Souvent, il y a des carences éducatives et affectives. Cela vient de l’enfance. Il est d’ailleurs important pour nous d’explorer cet aspect-là, de comprendre comment ils ont pu en arriver là. Ce sont souvent des enfants de bonnes familles, qui ont reçu les valeurs nécessaires à la construction de leur personnalité, mais qui présentent des troubles psychiatriques ou psychologiques", a répondu Farrah Youbi.

 


La justice des mineurs, est-elle plus clémente comparé à celle des adultes ? "La justice des mineurs est plus clémente dans la mesure où elle repose sur l’ordonnance de 1945, voulue par de Gaulle. C’est l’atténuation de la responsabilité de ces mineurs. On considère que ce sont des adultes en devenir, des adultes en construction, que le socle a certaines fragilités. Cette atténuation de la responsabilité est d’ailleurs souvent critiquée par les parties civiles." Où sont donc détenus ces mineurs délinquants ? "Il y a des centres de détention pour mineurs. Ils y restent jusqu’à leur majorité. Cela leur permet d’avoir accès à l’éducation, avoir des cours, ils ont des éducateurs. Cela leur donne le temps encore de se construire. Et à leur majorité, ils rejoignent une prison de majeurs", a expliqué Farrah Youbi.

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !