Antoine Duléry : "Être acteur de second rôle permet de faire une grande longévité"

Antoine Duléry, comédien et auteur de "Imitacteur", paru aux Éditions du Cherche-Midi, était l’invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 15 décembre dans "Le 10h - midi". Un livre tendre, intime.

Antoine Duléry, invité de Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Antoine Duléry : "Ce pouvoir de faire rire, de devenir un autre, m'a donné le goût du jeu, c'est ce qui m'a amené ensuite à vouloir être acteur !"

Dans son livre Imitacteur, paru aux Éditions du Cherche-Midi, Antoine Duléry raconte comment il est devenu acteur et ce don d'imitation qu'il avait tout petit. "Quand j'étais petit, j'imitais tous les copains, les amis de mes grands-parents et je faisais rire mon grand-père, raconte-t-il. Je dis toujours que mes premières représentations, c'étaient des imitations de gens que personne ne connaît. Ce pouvoir de faire rire, de devenir un autre, ça m'a donné le goût du jeu, c'est ce qui m'a amené ensuite à vouloir être acteur !" confie-t-il à Valérie Expert et Gilles Ganzmann.

"Mais j'ai toujours fait de l'imitation un peu en contrebande parce qu'imitateur et acteur ce sont deux choses totalement différentes ; l'imitation est un autre métier, explique-t-il, si on ne fait que des imitations, les gens ne pensent plus à vous pour interpréter des rôles ! Donc je m'en suis toujours méfié mais arrivé à un certain âge, j'ai décidé de mettre ça en lumière et de faire un spectacle puis raconter toutes ces belles rencontres dans ce livre".

 

"Il n'y a plus maintenant le public qui veut des acteurs plus grands, plus forts que nous"

Peut-on trouver dans le cinéma actuel des monstres sacrés du cinéma, comme le sont Lino Ventura, Belmondo ou Delon ? s'interroge Gilles Ganzmann. Pour Antoine Duléry, "ce n'est plus le même monde. Il y a encore de très bons acteurs mais il n'y a plus aujourd'hui ce 'stars système', il y a trop de choses, de plateformes, les acteurs tournent.

Il n'y a plus maintenant le public qui veut des acteurs plus grands, plus forts que nous, estime-t-il. Aujourd'hui, sans être nostalgique, il n'y a plus cet émerveillement d'aller voir les derniers films de nos stars. On ne trouvera plus ce mot 'star' !"

 

"Être acteur de second rôle permet de faire une grande longévité"

Francis Huster a dit d'Antoine Duléry qu'il est "le Poulidor des acteurs, populaire comme Galabru, Prévost ou Serrault". Pour l'acteur, c'est un beau compliment, puisque "ce sont des acteurs merveilleux ! Souvent, on veut comparer premier rôle et second rôle, ce qui ne veux plus rien dire maintenant ! estime-t-il. Ça permet à ces acteurs-là, et donc à moi, souligne-t-il, de faire une grande longévité. Si les projets ne se montent pas totalement sur mon nom, au moins, je ne suis pas prisonnier d'un rôle, je peux faire tout et son contraire ! C'est ce qui me plaît et c'est ce que voulait Louis de Funès".

"À la télévision, je fais des rôles principaux, nuance Antoine Duléry. J'ai toujours été un des rares acteurs à faire cinéma et télé et je n'ai jamais craché sur la télé bien en contraire. Et la télé prend un tel envol maintenant que pour moi, il n'y a aucune différence !"

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !