Amel Bent : "Être née en banlieue n'a jamais été pour moi le handicap de ma vie !"

La chanteuse et comédienne Amel Bent, que vous retrouverez lundi 25 janvier sur France 3 à 21h05 dans "Les Sandales Blanches" et dans The Voice – saison 10 à partir du samedi 6 février 2021, ainsi que la cantatrice Malika Bellaribi, auteur du roman "Les sandales blanches" paru aux éditions Calmann-Lévy, étaient les invitées de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 25 janvier dans "Le 10h - midi".

La cantatrice Malika Bellaribi, invitée avec Amel Bent chez Valérie Expert dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

Malika Bellaribi : "Je montre aux gens des quartiers qu'ils ont une culture !"

Dans son roman Les sandales blanches, la cantatrice Malika Bellaribi, également surnommée "une diva dans les quartiers", raconte son histoire étonnante. "J'enseigne et je monte des opéras d'1h30 avec des gens des quartiers inter-générationnels, ça va de 20 ans à 70 ans, explique-t-elle. Mon pari est de réunir des villes. Et puis il y a des actions dans les écoles ou dans les centres sociaux avec les enfants, où j'interviens, ajoute-t-elle. Le pari est que par une nouvelle pédagogie, en travaillant sur la technique vocale, l'intelligence émotionnelle, la personne se reconstruit et arrive à sortir de l'impasse dans laquelle elle a l'impression de ne plus apprendre. C'est une autre méthode et c'est aussi faire confiance à l'humain".

"On a des idées préconçues mais les gens des quartiers sont intelligents, ils entendent dans les radios, dans les films, la musique classique mais sans connaître les compositeurs, assure-t-elle. La seule chose que je fais, c'est une réconciliation et leur montrer qu'ils ont une culture. Je suis plutôt bien accueillie en général !"

 

Amel Bent : "J'ai fait ce film pour Malika, car c'est son histoire qui m'a convaincue !"

Le téléfilm "Les Sandales Blanches", diffusé lundi 25 janvier à 21h05 sur France 3, inspiré du livre de Malika Bellaribi, raconte la vie d'une petite fille musulmane, obsédée par ses nouvelles sandales blanches, qui hélas se fait renverser par un camion. Commencent alors des années d'opérations très douloureuses, pendant lesquelles elle est recueillie par des bonnes sœurs qui lui font découvrir la musique classique. Le personnage de la cantatrice est incarné par la chanteuse Amel Bent : "j'ai fait ce film pour Malika, car c'est son histoire qui m'a convaincue ! assure Amel Bent. Je ne suis pas comédienne au départ, rappelle-t-elle, mais quand j'ai lu ce scénario, j'ai été bouleversée par l'histoire de Malika, toute en admiration de ce parcours assez unique. Je me suis aussi reconnue dans pas mal de choses : je me suis dit que c'était le plus beau cadeau qu'on puisse me faire que de commencer dans cette discipline en racontant l'histoire de Malika pour qui j'ai tant d'admiration !"

"Mon point commun avec Malika est la résilience ! assure Amel Bent. Avoir une histoire difficile dont on ne se relève pas et réussir à le transformer en une aventure extraordinaire. C'est vraiment la femme debout ! La route qu'elle a choisie est la plus dure : le classique, où tout est codifié, où il faut se tenir debout, très droite, très digne ! Quand on voit la femme et l'artiste qu'elle est devenue, je dis chapeau ! Je suis heureuse de pouvoir l'incarner, j'ai donné tout ce que j'avais !"

 

"Être née en banlieue n'a jamais été pour moi le handicap de ma vie !"

Il y a une dimension très forte dans le téléfilm de l'importance de l'origine et des traditions. "Ce que j'ai aimé, c'est qu'on traverse la vie de quelqu'un, explique Amel Bent, avec tout ce qui fait la vie de cette personne. Selon elle, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de commencer la vie ; être née en banlieue ne définit pas ce qui définit Malika, estime Amel Bent. Être née en banlieue n'est pas une tare ou une chance, ça n'a jamais été pour moi le handicap de ma vie ! C'est peut-être ce qui a fait que j'ai mon ouverture d'esprit, que j'ai l'impression d'avoir fait le tour du monde alors que je n'avais jamais pris l'avion !"

Malika Bellaribi partage cette vision : "la vie est complexe, elle est pleine de contradictions, l'important est ce qu'on en fait. J'ai confiance dans l'humain, peu importe d'où l'on vient, l'important est la richesse intérieure. Ce qui compte est de faire des choses qui ont du sens, c'est ce qui m'a toujours portée dans la vie !"

 

 

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

Retrouvez l'invité média de Valérie Expert et Gilles Ganzmann du lundi au vendredi à partir de 10h00 sur Sud Radio dans "Le 10h - midi".

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez ici !