Alexandra Redde-Amiel : "L'Eurovision ne doit pas être politique !"

Alexandra Redde-Amiel, directrice des divertissements et jeux de France télévisions et cheffe de la délégation française à L’Eurovision, et Sébastien Barké, journaliste à Télé-Loisirs, spécialiste de l’Eurovision, étaient les invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 13 mai dans "Le 10h - midi".

Eurovision
Alexandra Redde-Amiel et Sébastien Barké, invités de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Le 10h - midi" sur Sud Radio.

La finale de la 66e édition de l’Eurovision 2022 se déroulera à Turin samedi 14 mai. Présentée par Mika et Laura Pausini, elle sera diffusée en direct à 21h sur France 2, commentée par Laurence Boccolini et Stéphane Bern.

Eurovision 2022 - Alvan & Ahez : "Le côté celte parle dans l'inconscient de pas mal de pays"

L'année dernière, Barbara Pravi est arrivée en 2e position lors de l'Eurovision 2021. Cette année, "on a plein d'énergie, assure Alexandra Redde-Amiel depuis Turin. On est sur la dernière ligne droite, toutes les émotions se mélangent". Le groupe breton Alvan & Ahez a été choisi pour représenter la France. "Il y a eu la 'sélection nationale Eurovision France, c'est vous qui décidez !' rappelle Alexandra Redde-Amiel. 12 candidats ont été sélectionnés et parmi eux, Alvan & Ahez ont été plébiscités par le public français". "Ils ont la particularité d'amener quelque chose de très différent de Barbara Pravi, puisque c'est un mélange entre l'électro et de chants traditionnels bretons".

Alexandra Redde-Amiel estime que "ce côté celte de la chanson qui n'appartient pas qu'aux Français mais à plusieurs pays en Europe parle dans l'inconscient de pas mal de pays. C'est très Eurovision, ajoute-t-elle en faisant allusion à la mise en scène. C'est le temps d'une chanson, d'un moment, qu'il faut capter l'attention et là, il se passe quelque chose". Pour elle, "tout va se jouer à quelques points !" Parmi les favoris figure le Royaume-Uni, qui revient dans la course. Mais d'après Sébastien Barké, "deux autres titres vont se dégager : la Suède, qui a une jolie balade, et la Norvège".

 

"L'Eurovision ne doit pas être politique !"

"Pour l'instant, les Français sont un peu en-dessous des attentes des bookmakers, reconnaît Sébastien Barké. Mais cette année, tous les paris sont un peu focalisés autour de l'Ukraine. Ce qui pourrait fausser un peu la donne, analyse-t-il. On n'est pas à l'abri d'une surprise samedi soir concernant la France, qui a selon lui un coup à jouer cette année. On avait besoin de cette contre-proposition par rapport à Barbara Pravi l'année dernière. Lors de la finale, leur prestation tranche véritablement avec celle de tous les autres ! Il y a de quoi se démarquer, je suis plutôt optimiste".

Concernant la situation en Ukraine, "l'Eurovision ne doit pas être politique, explique Alexandra Redde-Amiel. Mais cette année, l'Eurovision aura énormément de sens et de valeur à ce que la musique va réunir. Plein de questions se sont posées sur l'éventuelle victoire de l'Ukraine. Tout ça reste en huis clos aujourd'hui, parce qu'on ne veut pas faire de pronostic". Le chanteur ukrainien a donné une interview il y a quelques jours sur sa chanson. "La chanson est originale, c'est un bon titre, estime Sébastien Barké. La question qui se pose cette année est de savoir s'il y aura un soutien symbolique des votes du public ? On est dans une situation inédite, on ne sait pas comment les téléspectateurs vont réagir".

 

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans le 10h - midi Sud Radio avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.