single.php

Adriana Karembeu : "J’ai assez souffert"

Par Jean Baptiste Giraud

La top modèle et animatrice Adriana Karembeu était l'invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann sur Sud Radio le 10 mai 2024 dans "Le 10h - midi".

Adriana Karembeu
Adriana Karembeu, invitée de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Adriana Karembeu publie son autobiographie, intitulée Libre (Éditions Leduc).

 

Adriana Karembeu : "La naissance de ma fille, ça a été un tsunami émotionnel"

Pourquoi ce titre, et pourquoi avoir raconté des choses intimes sur sa vie ? "J’ai déjà écrit un livre il y a longtemps. À l’époque je m’étais dit : ‘ça, il vaut mieux pas dire’. Aujourd’hui, comme dit le titre du livre, je suis libre, je n’ai rien à cacher, je raconte ma vie telle qu’elle est. Je n’avais pas envie de faire les choses à moitié. C’est aussi pour ma fille, j’ai envie qu’elle sache tout. Et puis il y a eu un tsunami émotionnel, c’est la naissance de ma fille. Tout a changé, moi, j’ai changé. Je me suis libérée aussi."

Pourquoi avoir parlé de son père, qui avait été violent avec elle quand elle était enfant ? "Je ne pouvais pas faire l’impasse. Car on vit notre vie, on est conditionné par notre passé. J’ai ressenti le besoin de le protéger, pourtant il ne le mérite pas du tout. Je ne vois pas pourquoi je ne raconterais pas mon histoire." Quid de sa mère ? "Ma mère m’a dit : 'je ne me suis pas rendue compte, je pensais que c’était la manière d’élever un enfant, j’étais très jeune'. Souvent elle faisait comme si elle n’était pas là. Mais elle m’a sauvée aussi. Quand elle apparaissait, ça s’arrêtait."

"Je ne mérite pas de rester dans le passé et de ruminer dessus"

Pourquoi Adriana Karembeu a-t-elle décidé de laisser derrière elle sont passé douloureux ? "J’avais envie de vivre. Et je me suis dit : j’ai une chance incroyable de sortir de mon pays, les portes s’ouvrent devant moi… J’ai assez souffert. Je regarde les gens autour de moi, j’essaie d’apprendre et me dis : je ne mérite pas de rester dans le passé et de ruminer dessus, de me rendre malheureuse."

Lors du dernier Miss Belgium, Adriana Karembeu avait dit aux candidates de ne rien faire gratuitement. Pourquoi ? "J’ai beaucoup de respect pour l’argent. Car gagner de l’argent, c’est la chose la plus dure. J’ai dit aux filles : 'donnez de la valeur à votre travail'. C’est une carrière très courte. Il est difficile de commencer des études à 28-30 ans. Il faut veiller sur sa carrière et en tirer le maximum."

Dans son livre, Adriana Karembeu raconte avoir subi une agression sexuelle mais ne pas avoir porté plainte… "Absolument. Sauf que ça s’est passé il y a 15-20 ans, et c’était une autre époque. Avec #MeToo, on s’est rendu compte qu’on a le droit de dire : 'c'est un prédateur'. Même moi, j’ai laissé cet homme partir. Je n’ai pas subi un viol mais j’ai subi des gestes inacceptables, que j’ai complètement balayés. Ça ne devrait pas se passer comme ça."

 

Retrouvez “L'invité média” de Gilles Ganzmann chaque jour à partir de 10h00 dans “Sud Radio Média” avec Valérie Expert.

Cliquez ici pour retrouver l'intégralité de l’interview média en podcast.

L'info en continu
13H
12H
11H
10H
07H
06H
23H
22H
Revenir
au direct

À Suivre
/