single.php

Législatives : "Je serai candidate" à la présidence de l'Assemblée Nationale, annonce Yaël Braun-Pivet

Par Jean Baptiste Giraud

Antisémitisme : une partie de la classe politique "souffle sur les braises" selon Yaël Braun-Pivet, Présidente sortante de l'Assemblée nationale et candidate 'Ensemble pour la République' aux législatives dans les Yvelines. Elle était “L’invitée politique” sur Sud Radio. 

yaël braun-pivet, législatives, assemblée nationale, antisémitisme
Yaël Braun-Pivet interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 20 juin 2024, dans “L’invité politique”.

Le viol à caractère antisémite à Courbevoie, l'antisémitisme, les législatives, l'Assemblée nationale, le futur gouvernement... Yaël Braun-Pivet a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

Viol d'une jeune fille de 12 ans à Courbevoie : "On voit que ces actes antisémites ont explosé en France"

Un drame d’un niveau rarement vu en France s’est déroulé à Courbevoie. Une jeune fille de 12 ans a été violée par trois garçons de son âge qui l’ont traitée de "sale juive". Un crime antisémite qui a secoué la France et qui a fortement touché Yaël Braun-Pivet, ancienne présidente de l’Assemblée nationale. "Je vous dis, avec gravité, mon émotion. Je suis maman, j’ai des filles… et effectivement je mesure la douleur infinie des parents de cette jeune fille, de cette enfant." Elle s’adresse directement à la jeune victime qui a vécu un "drame absolu" : "on pense à elle, le pays, la France entière est avec elle, à ses côtés, pour justement lui assurer tout notre amour et tout notre soutien".

L’ancienne députée souligne que "c’est terrible ce qu’il s’est passé", notamment car elle juge qu’on voit "cette haine antisémite" ressurgir. Elle a elle-même été ciblée par des insultes et des menaces à caractère antisémite, explique-t-elle. "On voit que ces acte antisémites ont explosé en France."

"C’est terrible parce que ce n’est pas notre pays, ce n’est pas notre France, la France des Lumières, la France de la fraternité."

Antisémitisme en France : "Certains continuent à ne pas nommer les choses"

Les responsabilités doivent encore être établies, l’enquête ne faisant que commencer. Mais la gravité du crime est totale. "Une enfant vient d’être violée, vient d’être battue, parce que juive", détaille Yaël Braun-Pivet. "Il faut un réveil collectif" et que "chacun soit face à ses responsabilités".

"Ce qui est sûr, ce qui est certain, c’est que sur l’antisémitisme nous avons une libération de la parole", analyse l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale. Si elle ne donne pas de noms, elle juge qu’une partie de la classe politique "souffle sur les braises" et "importe le conflit israélo-palestinien" en France. "Il faut que ça cesse."

Elle remarque par ailleurs que le candidat Nupes de la circonscription de Courbevoie ne qualifie pas, dans son communiqué de presse, le crime d’antisémite. "Certains continuent à ne pas nommer les choses." La France Insoumise, par ailleurs, était le seul parti qui a refusé de participer à la grande marche contre l’antisémitisme organisée en France après les attentats terroristes du 7 octobre 2023.

Des candidats du RN "avaient très clairement des propos antisémites" selon Yaël Braun-Pivet

Pour Yaël Braun-Pivet, toutefois, le Rassemblement national semble ne pas avoir autant de responsabilités. Elle refuse de qualifier le parti de "raciste" et "antisémite". "Il est difficile de qualifier les uns et les autres", déclare-t-elle au micro de Jean-Jacques Bourdin. Toutefois, certains candidats du Rassemblement national "avaient très clairement des propos antisémites". Pour elle, le RN "dresse les gens les uns contre les autres" et a des "propositions qui sont clivantes".

Législatives 2024 : "Le Rassemblement national renonce à tout"

Le résultat des élections législatives 2024 devrait changer radicalement le panorama des députés. La question qui se pose est celle de la possibilité de l’un ou l’autre groupe de réussir à gouverner de manière stable, alors qu’aucune majorité absolue ne semble se dessiner. "Lorsque nous verrons le nouveau paysage de l’Assemblée nationale", il faudra faire des coalitions et "faire ensemble", explique l’ancienne présidente de l’institution. Et il y a déjà des appels à faire une nouveau groupe plus centriste et républicain.

"Je pense qu’il faut faire ensemble", explique la candidate des Yvelines. "Aujourd’hui, on voit bien que le Rassemblement national fera tout seul" notamment car Les Républicains ne les ont pas rejoins. Et "personne ne voudra rejoindre la Nupes", estime-t-elle, ce qui ne donnera que des blocs qui ne pourront que "gouverner seuls". "Je prône la construction d’un gros bloc central responsable, raisonnable."

L’analyse de l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale est simple. D’un côté le RN déclare qu’il ne gouvernera pas sans "majorité absolue", chose qui est "très antidémocratique" pour Yaël Braun-Pivet. Sans compter que "le Rassemblement national renonce à tout", en particulier à certaines promesses électorales.

Yaël Braun-Pivet : "Je ne crois pas en l’avenir de cette Nupes reconstituée"

Quant au Nouveau Front Populaire (NFP), créé avec une grande partie des partis de gauche et d’extrême-gauche, il est difficile de lui voir un futur. "Je ne crois pas en l’avenir de cette Nupes reconstituée", affirme Yaël Braun-Pivet. Le NFP est "dominé par La France Insoumise" en termes de nombre d’investitures ou encore dans les grandes lignes de son programme. "Je ne crois pas que certaines personnes qui ont été investies par cette nouvelle Nupes […] valident ce qu’il y a marqué dans ce programme."

"Mon plus grand rêve est de pouvoir continuer" à être présidente de l'Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet, qui se rappelle avec émotion quand elle a "brisé un plafond de verre" en devenant la première femme présidente de l’Assemblée nationale, moment qu’elle estime être le meilleur de ses deux ans à ce poste, regrette la dissolution. Au point qu’elle annonce sur Sud Radio ce jeudi 20 juin 2024 : "mon plus grand rêve est de pouvoir continuer" l’action qu’elle a menée lors de ces fonctions.



Si elle est élue députée, "je pourrai et je serai candidate" pour le Perchoir.

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"


Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/