single.php

Marine Tondelier réclame une « loi Evin sur les comportements climaticides »

Par Jean Baptiste Giraud

Emmanuel Macron "n’a pas bien compris les problèmes des Français" selon Marine Tondelier, secrétaire nationale des Ecologistes. Elle était “L’invitée politique” sur Sud Radio. 

MArine Tondelier, climat, macron, natalité
Marine Tondelier interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 18 janvier 2024, dans “L’invité politique”.

La conférence d'Emmanuel Macron, la natalité, le climat, les élections européennes et la Présidentielle 2027... Marine Tondelier a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

"Quand Macron dit ‘il n’y a pas assez d’enfants, ça ne va pas’, est-ce qu’il y a une seconde où il se demande pourquoi ?"

Comme un peu plus de 8 millions de Français, Marine Tondelier a écouté le discours d’Emmanuel Macron du 16 janvier 2024. Elle l’a même réécouté en replay. "Je voulais être sûre de bien comprendre." "Je voulais faire le best-of de ce qui n’allait pas, et j’avais beaucoup de mal à choisir", explique-t-elle. "Tout m’a ulcéré."
Selon elle, Emmanuel Macron explique "ses solutions" en pensant que ce sera la solution. "Mais il n’a pas bien compris les problèmes des Français."

Parmi les thématiques abordées par le Président de la République, la question de la natalité en France, au plus bas, selon les données de l’Insee, depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Moins de 700.000 naissances ont été enregistrées en 2023. "Ce n’est pas un sujet de si c’est inquiétant ou pas, c’est un sujet que le pourquoi", affirme la secrétaire nationale des Écologistes. "Nous sommes à un moment de l’histoire où les jeunes générations se posent la question de faire des enfants ou pas." Les raisons ? Le monde "extrêmement angoissant", auquel le gouvernement n’apporte pas de réponse selon Marine Tondelier. Au contraire, le gouvernement "rajoute de l’angoisse à l’angoisse". "Quand Macron dit ‘il n’y a pas assez d’enfants, ça ne va pas’, est-ce qu’il y a une seconde où il se demande pourquoi ?"

Les jeunes se posent des questions sur l’avenir de la France sur fond de réchauffement climatique, mais pas seulement. "Comment je vais faire pour le garder ?" "Où je vais pouvoir accoucher ?"
Emmanuel Macron finit par parler de "réarmement" de la natalité. "Déjà, on n’a pas besoin d’armes pour avoir des enfants, c’est pas trop le concept", se moque Marine Tondelier. "Vraiment, il n’a rien compris."

 

Emmanuel Macron a "un déficit de virilité" selon Marine Tondelier

Selon la secrétaire nationale des Ecologistes, Emmanuel Macron veut "armer tout le monde". "Comme s’il avait un déficit de virilité qu’il voudrait compenser en disant 'des armes, des armes, des armes'".

"Les femmes, les hommes, n’ont pas besoin d’injonctions", rappelle Marine Tondelier. Et, d’ailleurs, personne ne fera des enfants "parce qu’Emmanuel Macron l’a dit à la télé". Marine Tondelier demande "du respect" pour les personnes ne voulant pas d’enfant. En particulier car "les gens font ce qu’ils veulent". "Et la politique doit être à sa place." La décision de faire un enfant "est une décision personnelle", rappelle-t-elle.

"C’est lunaire d’avoir un président, dans un discours en plus ultra-réactionnaire, qui finit par nous dire ‘réarmement démographique’. Enfin, c’est quoi la suite, La Servante Ecarlate ?" "En tant que femme, ça m’a plongée dans un profond malaise."

 

 

Marine Tondelier : "Je pense qu’il faut une loi Evin, aujourd’hui, sur tout ce qui est climaticide"

Emmanuel Macron a également parlé de l’écologie à la française, une écologie, selon lui, de justice et de souveraineté. "À chaque fois que Macron dit ‘justice’, je m’étrangle." La France a par exemple réussi à réduire ses émissions de CO2. Mais, rappelle Marine Tondelier : "l’écologie ce n’est pas que le CO2", bien que celui-ci soit très important.

"L’écologie, c’est global. L’écologie, c’est le rapport au vivant", explique-t-elle. "Ce qu’il se passe aujourd’hui, c’est l’effondrement du vivant", par exemple dans les champs où 60% des oiseaux ont disparu en 40 ans.

Les émissions liées au transport aérien, souligne Marine Tondelier, sont en train de remonter "de manière incontrôlée". Certains prônent la limitation du nombre de vols par personne, ce qui n’a pas manqué de faire réagir. Mais elle rappelle que "ça ne va pas concerner grand monde". Toutefois, ce n’est pas son idée.

"Je suis favorable à ce qu’on arrête de donner envie aux gens d’avoir des comportements climaticides." Par exemple, en régulant la publicité. "Je pense qu’aujourd’hui, notre société valorise les comportements les plus climaticides." Par exemple, la réussite est marquée par la consommation ostentatoire, l’avion, les influenceurs à Dubaï… Marine Tondelier est donc favorable à une sorte de loi Evin pour "interdire de valoriser ces comportements". "Je pense qu’il faut une loi Evin, aujourd’hui, sur tout ce qui est climaticide."

 

 

"Il se peut qu’en 2027, communistes, écologistes, insoumis, socialistes doivent faire une candidature commune"

Alors que les élections européennes s’approchent, Marine Tondelier pense déjà à la Présidentielle de 2027. Elle rejette la possibilité d’une liste commune avec Raphaël Glucksman, candidat du PS et favori à gauche. "La politique, c’est aller devant les électeurs et présenter son programme." Elle critique le système de la Ve République, avec le deuxième tour à deux candidats lors de la Présidentielle, où ce n’est plus possible de le faire. "Il se peut qu’en 2027, communistes, écologistes, insoumis, socialistes doivent faire une candidature commune", affirme Marine Tondelier, "pour avoir une chance d’être au deuxième tour".

 

"Aujourd’hui, on doit lâcher la grappe aux agriculteurs"

Les agriculteurs sont de plus en plus en crise et en colère en France et ailleurs, comme l’a prouvé la grosse manifestation en Allemagne du mois de janvier 2024. Une colère qu’elle comprend. "N’importe lequel d’entre nous serait très en colère à leur place." Elle rappelle par ailleurs la disparition, chaque semaine, de 200 exploitations et le suicide de plus d’un agriculteur en France.

 

 

Si certains accusent les écologistes, en partie, de cette situation, notamment du fait de leur opposition aux pesticides, Marine Tondelier rejette en bloc les accusations. Pour elle, les personnes qui veulent faire croire que la faute revient aux Ecologistes "cherchent des boucs émissaires", en particulier parce qu’ils n’ont pas de solutions à proposer. "Nous aimons les agriculteurs." "Aujourd’hui, on doit lâcher la grappe aux agriculteurs."

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
09H
08H
07H
04H
03H
23H
22H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/