single.php

Le RN est "prêt à faire un coup d'État et à s'emparer des pleins pouvoirs par tous les moyens" affirme Christian Estrosi

Par Aurélie Giraud

Christian Estrosi, maire de Nice et vice-président d'Horizons, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Christian Estrosi
Christian Estrosi, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 3 juillet 2024, dans “L’invité politique”.

Second tour des élections législatives, score du RN, composition du futur gouvernement : Christian Estrosi a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

Le RN est "prêt à faire un coup d'État et à s'emparer des pleins pouvoirs par tous les moyens"

Y aura-t-il une majorité à l'Assemblée nationale après le second tour des élections législatives pour gouverner ? "Si le mouvement en direction du RN s'amplifie, ils arrivent jusqu'à une majorité absolue" explique Christian Estrosi. Il "met en garde, tout en les respectant, les électeurs qui ont fait ce choix". "Madame Le Pen a lâché hier quelque chose d'extrêmement inquiétant : nous sommes prêts à faire un coup d'État administratif. Ce mot n'avait jamais été lâché". "Monsieur le président de la République ne prépare aucun putsch ! Il a des pouvoirs institutionnels en cas de cohabitation. Qu'il les utilise au plan institutionnel et constitutionnel, il n'y a rien de plus normal". "Ça démontre combien ces gens qui apparaissent gentils, doucereux, sont totalement l'héritage de Jean-Marie Le Pen".

"Marine Le Pen parle de coup d'État administratif. Derrière il peut y avoir un coup d'État institutionnel, constitutionnel !" prévient Christian Estrosi. "Pour mettre en oeuvre le programme du RN sur l'immigration, il faut que Madame Le Pen supprime le Conseil constitutionnel. Ça s'appelle un coup d'État. Dès lors qu'on prononce l'expression 'coup d'État administratif', ça veut dire qu'on est prêt à faire un coup d'État et à s'emparer des pleins pouvoirs par tous les moyens". "Elle a lâché le mot, ça révèle des intentions".

Au second tour, "c'est ni RN, ni LFI"

À Nice, dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, Graig Monetti se maintient face à Éric Ciotti pour le second tour. "Il y a d'un côté un extrémiste de droite, Éric Ciotti, qui a intégré le RN avec armes et bagages en essayant de piller le parti des Républicains" affirme Christian Estrosi. "De l'autre, un mélenchoniste qui porte tout ce bagage Madame Obono, Rima Hassan. Et de cet antisémitisme, xénophobie, et autre que nous connaissons aussi bien à l'extrême droite qu'à l'extrême gauche de M. Mélenchon".

Pour Christian Estrosi, "comme Édouard Philippe, c'est ni l'un ni l'autre. Ni RN, ni LFI". "Tant l'un que l'autre, ce n'est pas ma République à moi, ce n'est pas ma France à moi. Et donc au deuxième tour, nous nous maintenons". Éric Ciotti, "désormais au RN, est dans peut-être la dernière impasse. Il s'est échappé au RN parce que c'était sa seule condition de survie. Et en même temps, on voit qu'il est autant rejeté par les électeurs du RN que des Républicains". "Il ne lui reste plus qu'à aller chez Mélenchon maintenant, c'est le seul parti dans lequel il ne sera pas allé".

"Il faut un gouvernement de compromis, de coalition"

S'il n'y a pas de majorité dimanche, que peut-il se passer ? "Dans la plupart des grandes démocraties comme l'Allemagne ou les démocraties anglophones, les choses ne se passent pas trop mal. Sur le plan économique et social, avec des politiques de compromis". Apprendre le compromis, "c'est essentiel" estime Christian Estrosi. "Sans ça on va vers des révoltes, des incompréhensions. Qui amènent à des lendemains avec des majorités absolues qui se retournent contre l'esprit démocratique".

"J'ai toujours été pour des politiques de coalition" assure Christian Estrosi. "S'il n'y a pas de majorité absolue, il nous restera à faire un gouvernement provisoire qui peut démontrer aussi son efficacité. Tant et si bien que par une série de compromis, les Français finissent par se dire que c'est la bonne formule pour notre pays". "Il faut un gouvernement de compromis, de coalition". "Avec des élus locaux qui président des grandes collectivités, des industriels, gens du domaine du commerce international".

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
07H
23H
22H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/