single.php

Laïcité : "Il y a des lois qui visent spécifiquement les musulmans", assure Aurélien Taché

Par Jean Baptiste Giraud

"On a des dizaines de milliers d’enfants qui sont en train de mourir à Gaza" selon Aurélien Taché, député du Val-d'Oise. Il était “L’invité politique” sur Sud Radio. 

aurélien taché, ukraine, laïcité, israël
Aurélien Taché, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 14 mars 2024, dans “L’invité politique”.

Européennes 2024, laïcité, Sciences-Po, Gaza, Ukraine... Aurélien Taché a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

 

Européennes 2024 : Aurélien Taché soutient la liste LFI

Les élections européennes de juin 2024 sont la prochaine grande bataille politique, avec le Rassemblement National qui semble largement en tête, en tout cas dans les sondages. Aurélien Taché, député écologiste du Val-d’Oise, récemment suspendu par le parti Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) annonce de son côté soutenir la liste LFI et non celle de sa famille politique. "Je crois vraiment que la dynamique de 2022 qu’on avait appelée à la Nupes, à laquelle les électeurs de gauche sont très attachés, est celle qui doit primer." Or, c’est "la liste de Manon Aubry" qui est dans cette même logique avec l’Union populaire. Sur les sujets qui lui tiennent à cœur, Aurélien Taché en est convaincu : "c’est cette liste qui est en pointe".

Pour autant, et bien qu’il soit suspendu de EELV, il ne va pas changer de camp. "Je n’adhérerai à LFI. La question des partis, pour moi, maintenant, est secondaire", affirme le député du Val-d’Oise.

 

 

Laïcité : le gouvernement "mène une politique qui est directement stigmatisante pour tout un tas de Français"

Le trajet politique du député a toutefois de quoi poser des questions, étant passé par plusieurs partis dont celui d’Emmanuel Macron LREM. Une critique à laquelle Aurélien Taché répond simplement. "Je crois que depuis sept ans maintenant que je suis élu parlementaire, je n’ai absolument jamais varié dans les positions que j’ai prises." De fait, ses changements de parti, assez réguliers, sont liés non pas à un changement de position de sa part mais à cause de l’évolution des "formations politiques".

Parmi les raisons qui l’ont poussé à quitter le parti LREM du président de la République, il y a sa politique, présentée comme sociale mais qui s’est révélée être purement de droite. Notamment, assure le député, le gouvernement "mène une politique qui est directement stigmatisante pour tout un tas de Français". En particulier contre les musulmans ou encore "les personnes qui peuvent avoir une autre couleur de peau".

"La loi séparatisme était une loi qui visait à stigmatiser les musulmans", assure-t-il. Si "la majorité des Français ne sont pas racistes", selon Aurélien Taché, "il y a effectivement des lois qui visent spécifiquement nos citoyens musulmans". La loi est donc "stigmatisante", affirme le député qui refuse d’utiliser l’adjectif raciste.

 

 

Incidents à Sciences-Po : "Si cette étudiante juive a été repoussée parce que juive, ceux qui ont fait ça doivent être condamnés par la justice"

Une polémique a explosé à Sciences-Po à Paris après une manifestation d’étudiants pro-Palestine et des rumeurs d’antisémitisme envers une étudiante juive qui aurait été virée de l’amphithéâtre. Une polémique amplifiée par certains comptes Twitter et qui a même conduit le Premier ministre, Gabriel Attal, à demander une enquête. Jean-Luc Mélenchon, de son côté, a considéré que l’incident était dérisoire. "Ce qui est inconcevable, quand même, c’est qu’en ce moment vous avez une armée criminelle, celle d’Israël, qui déclare la guerre aux enfants", explique Aurélien Taché. "On a des dizaines de milliers d’enfants qui sont en train de mourir à Gaza."

Or, le Premier ministre français, au lieu de "rentrer dans une logique de sanctions contre Israël", fini par se mêler "d’une affaire comme celle-ci". Pour autant, Aurélien Taché ne soutient pas l’antisémitisme qui a pu se produire lors du blocage de Sciences-Po. "S’il y a eu le moindre agissement antisémite, et si cette étudiante juive a été repoussée parce que juive, ceux qui ont fait ça doivent être condamnés par la justice."

 

 

Gaza : "Je trouve que la France pourrait faire mieux"

Il ne nie pas une "montée de l’antisémitisme dans le pays", à cause de la confusion entre juifs et sionistes. "Certains rendent les juifs de France responsables de ce qui se passe en Israël", explique-t-il. "Moi, je ne suis pas de ceux-là ! Je ne le serai jamais ! Et je condamne tous les antisémites !'

Toutefois, il souligne que les manifestations pro-Palestine ont été interdites régulièrement en France depuis le début de la guerre. "Moi, il a fallu que je me batte et que je mette mon nom en personne en tant que parlementaire, pour que dans le Val-d’Oise, à Cergy, les manifestations puissent être autorisées."

Selon lui, les priorités de la France sont mal placées. "Je trouve que la France pourrait faire mieux. La France pourrait hausser le ton et véritablement prendre le lead du camp de la paix !"

 

Laïcité menacée en France : "Je pense qu’il y a des problèmes qui peuvent se poser"

La laïcité serait en danger pour 8 Français sur 10, selon un récent sondage. Ce qui transparaît par ailleurs dans le nombre croissant de signalements. "Je pense qu’il y a des problèmes qui peuvent se poser", affirme le député écologiste. Néanmoins, il pointe aussi du doigt les médias qui parlent "toute la journée du fait qu’effectivement la laïcité serait en danger".

Il ne nie pas que la France a connu "des actes absolument horribles". Il assure que l’école doit pouvoir tout enseigner et que les enseignants doivent être protégés des revendications qui attaquent la laïcité.

 

 

Accord France-Ukraine : "J’ai trouvé que ce vote était une mascarade"

Autre guerre en cours dans le monde, plus proche, celle de la Russie contre l’Ukraine. Les parlementaires ont voté, non sans débat, en faveur de l’accord entre la France et l’Ukraine. Aurélien Taché, de son côté, assure ne pas avoir participé au vote. "J’ai trouvé que ce vote était une mascarade." Emmanuel Macron a fait "de la politique politicienne", pour le député écologiste. "Parce qu’il a déjà signé le traité, effectivement, qui est soumis au vote du Parlement."

Reste que, de l’aveu même de l’élu, "les conditions d’un accord de paix ne sont pas nécessairement remplies". Pour sa part, il "soutient la demande du peuple ukrainien". "Moi, depuis le début de cette affaire, j’ai toujours été très clair : je me suis toujours exprimé pour le soutien à l’Ukraine et pour la livraison d’armes à l’Ukraine."

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/