single.php

Fin de vie : "L'aide active à mourir n'est pas un suicide assisté", affirme Sacha Houlié

Par Aurélie Giraud

Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne et président de la Commission des lois, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

Sacha Houlié aide active à mourir
Sacha Houlié, interviewé par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 11 mars , dans “L’invité politique”.

Fin de vie, projet de loi sur l'aide active à mourir, soins palliatifs : Sacha Houlié a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

Aide active à mourir : "Ce n'est pas un suicide assisté"

Le débat sur le projet de loi sur l'aide active à mourir démarrera en mai au Parlement. Si la loi est votée, dans quelles conditions le patient pourra-t-il demander à bénéficier de l'aide active à mourir ? "Ce n'est pas une liberté absolue ni un droit absolu confié à la personne qui souhaite mettre un terme à sa vie", tient à préciser Sacha Houlié. Le président de la République a posé trois conditions. Il s'agit "d'un choix fait par un patient majeur, qui doit maintenir sa volonté durant 48h. Qui n'est pas atteint d'une maladie neurodégénérative et qui est atteint de souffrances réfractaires vraiment insupportables. Et qui est atteint surtout d'une maladie incurable".

"L'équipe médiale a ensuite 15 jours pour donner un avis. S'il est favorable, trois mois sont prescrits pour la mise en œuvre de l'aide active à mourir". "Tout au long de ce parcours, le patient peut se rétracter", souligne le député. Concernant l'acte en lui-même, il pourra être fait par le patient, par un proche ou par le personnel médical. "Ce n'est pas un suicide assisté car le suicide est inconditionnel". Or là, "ce droit est sujet à des conditions restrictives mises en place par la loi et examinées par les législateurs".

"Le débat qui s'ouvre au Parlement va être long"

"Le débat qui s'ouvre au Parlement va être long, car la procédure n'est pas accélérée", prévient Sacha Houlié. "Première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat. Puis deuxième lecture. Il peut y avoir beaucoup de temps". "Sur des textes qui sont similaires, comme celui de la biotique qui avait légalisé la PMA pour toutes les femmes, c'est deux ans de procédure parlementaire", rappelle le député. "Nous aurons le temps au Parlement et nous examinerons toutes ces conditions avec une acuité sérieuse".

"Le projet de loi sur la fin de vie comporte trois volets", rappelle Sacha Houlié. "La première stratégie est celle du renforcement des soins palliatifs, pour que chaque département dispose d'une unité de soins palliatifs". Par ailleurs, "leurs moyens renforcés. Le budget augmentera de 40%", souligne le député. Le deuxième volet concerne l'accompagnement des aidants. "Autour d'une personne qui est en fin de vie et qui souffre, il y a toujours la famille, des proches, des aidants. Toutes les mesures qui les concernent vont être renforcées. Ils seront aidés financièrement". "La troisième partie, c'est l'aide active à mourir".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h30 dans le Grand Matin Sud Radio avec Jean-Jacques Bourdin

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
07H
04H
00H
23H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/