Affaire McKinsey : "C'est beaucoup plus grave que 2 costumes offerts" pour François-Xavier Bellamy

François-Xavier Bellamy, député européen LR, était “L’invité politique” sur Sud Radio.

François-Xavier Bellamy McKinsey
François-Xavier Bellamy, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 28 novembre dans “L’invité politique”.

Affaire McKinsey, nouvelle vague de Covid, contestation inédite en Chine, débat sur la réintégration des soignants non vaccinés, présidence des Républicains : François-Xavier Bellamy a répondu aux questions de Patrick Roger.

 

McKinsey : "C'est beaucoup plus grave que 2 costumes offerts par un affairiste de seconde zone !"

Le PNF enquête sur l'intervention du cabinet McKinsey lors des campagnes de 2017 et 2022. Bruno Le Maire a reconnu "des abus" dans le passé dans le recours important des ministères aux cabinets de conseil comme McKinsey. Mais il assure que cette habitude est aujourd'hui "corrigée". Pour François-Xavier Bellamy, "Bruno Le Maire répond à côté de la question. Un État qui a pourtant une administration pléthorique et qui met plus d'1 milliard d'euros dans le recours à des cabinets de conseil, ne montre pas une gestion saine des deniers publics. Mais le sujet n'est pas là !" "Le PNF soupçonne que McKinsey a travaillé bénévolement pour la campagne d'Emmanuel Macron en 2017 et 2022. Pour pouvoir ensuite en retirer des marchés publics et une proximité avec le pouvoir".

"La règle fondamentale du non recours à des entreprises privées a été violée. Pour Emmanuel Macron, ce n'est pas la première fois : il a déjà été épinglé en 2018 pour avoir recouru à des prestations dont le prix avait été radicalement minoré chez des entreprises privées. Le risque c'est que demain, le pouvoir soit dans les mains d'acteurs et d'intérêts privés. C'est beaucoup plus grave que 2 costumes offerts par un affairiste de seconde zone !" François-Xavier Bellamy fait référence à François Fillon, et "du procès perpétuel auquel il a été confronté. Ce sont des choses autrement plus conséquentes, dont l'enjeu pour notre démocratie est important".

Réintégration des soignants non-vaccinés : "Ce n’est pas un sujet scientifique mais profondément politique !"

Concernant la réintégration ou non des soignants non vaccinés, "ce n'est pas un sujet scientifique mais profondément politique !, affirme François-Xavier Bellamy. Nous savons, depuis presque le début de la politique vaccinale, que contrairement à ce qu'avaient promis les autorités gouvernementales les plus importantes, le vaccin n'empêche ni d'être contaminé, ni d'être contagieux. Le vaccin évite les formes graves, rappelle-t-il. Il est certainement utile pour les personnes les plus vulnérables aux formes graves du Covid". Pour le député européen, "ce n'est pas être antivax, c'est savoir à quoi sert un vaccin. Il ne sert pas à préserver la contamination".

"D'un point de vue scientifique, rien ne peut s'opposer à la réintégration des soignants non vaccinés", insiste François-Xavier Bellamy. "La vraie folie scientifique, c'est de demander à des soignants vaccinés mais positifs au Covid de venir travailler ! C'est ce que l'État fait, dénonce-t-il, y compris en Ehpad, même avec des symptômes mineurs. Ça n'a aucun sens ! Je préfère mille fois, si je suis vulnérable, être soigné par une personne non vaccinée et négative, que vaccinée et positive au Covid !" "Il y a une injustice faite à ces personnes, ajoute-t-il. On ne leur donne plus de salaire, on ne les laisse plus travailler mais on ne les licencie pas non plus. Ce choix politique est intenable, indéfendable".

 

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !