Une nouvelle loi pour faire du harcèlement scolaire un délit

La proposition de loi Balanant devrait permettre de mieux lutter contre le harcèlement scolaire, en en faisant désormais un délit.

harcèlement scolaire
Marche blanche, le 24 octobre 2021 à Mulhouse, à la mémoire de Dinah. (Frederick Florin - AFP)

Le harcèlement scolaire existe toujours. Dans le Lot-et-Garonne, la gendarmerie a ainsi donné l’alerte sur la pratique de l’olive, un jeu assez cruel dans les cours d’école. Hugo Martinez, 22 ans, président de l’association HUGO, créée en janvier 2018 afin de lutter contre le harcèlement scolaire, et ayant vécu lui-même le harcèlement durant 12 ans, revient sur la future loi Balanant. L’idée, avec cette loi, est d’aller plus loin et de faire du harcèlement un délit ?

La dynamique de meute, spécificité du harcèlement scolaire

"Oui, aujourd’hui, en France, on est puni pour harcèlement sexuel, dans la rue, mais pas pour nos enfants, souligne Hugo Martinez. Cela reste impuni quand c’est du harcèlement scolaire. C’est d’ailleurs sa dynamique de groupe, de meute, qui fait la spécificité du harcèlement scolaire."

« À un moment, il faut aussi reconnaitre que d’un côté, il y a une victime et de l’autre des auteurs présumés de harcèlement scolaire, explique le créateur de l’association Hugo. La victime doit être aidée dans sa reconstruction avec sa famille. De l’autre, il faut arriver à comprendre comment l’auteur en est arrivé là. Dans certains cas, c’est un ancien harcelé. Ou bien un enfant qui a un complexe, sportif, physique ou autre, et qui n’a pas appris à l’exprimer autrement."

Un motif de harcèlement scolaire pour déposer plainte

Les surveillants et enseignants ne sont pas des gendarmes. Comment signaler les cas de harcèlement ? "Beaucoup de familles, quand elles se rendent compte que leur enfant est victime de harcèlement, portent plainte, explique Hugo Martinez. Mais elles n’ont pas le motif de harcèlement scolaire. Avec cette loi, le dépôt de plainte sera plus fluide, en gendarmerie ou commissariat."

Reste également un travail à mener sur les réseaux sociaux, par lequel le harcèlement passe. "Dans cette proposition de loi, un article oblige à ce que les plateformes intègrent dans leurs objectifs prioritaires la lutte contre le harcèlement scolaire, souligne le président de l’association HUGO. C’est aussi le cas dans les établissements scolaires. Ils devront avoir un projet annuel contre le harcèlement, avec des moyens annuels alloués, et rendre compte de ce qui a été fait, ou non."

Hugo Martinez, 22 ans, président de l’association HUGO créée en janvier 2018 afin de lutter contre le harcèlement scolaire, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le le 24 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !