Jean-Philippe Lecouffe : "coronavirus oblige, la délinquance s'adapte"

La délinquance traditionnelle a baissé ces dernières semaines. En même temps, le commerce de fausse chloroquine et de faux tests au dépistage au Covid-19 prospère sur Internet, a raconté le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la Police judiciaire de la Gendarmerie nationale.

Gendarmerie nationale general Jean-Philippe Lecouffe, gives a press conference about "Ariane" investigation squad at the gendarmerie nationale national headquarters on February 18, 2019, in Issy-les-Moulineaux, near Paris. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)

Jean-Philippe Lecouffe était l’invité de Patrick Roger le 30 mars 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Il existe quasiment un marché noir de masques"

"On a constaté un déplacement de la délinquance, qui s’adapte à la situation. Par exemple, on a des ventes de masques volés sur Internet ou sous le manteau. On parle d’un trafic et quasiment d’un marché noir de ces masques qui, je le rappelle, sont sous réquisition de l’État pour être distribués aux personnels soignants. Je parlais du vol de masques, mais demain ça peut être des produits alimentaires ou tout autre produit dont les gens ont besoin. La délinquance s’adapte", a fait savoir Jean-Philippe Lecouffe.

"La moitié des sites évoquant le Covid-19 seraient gérés par des cyberdélinquants"

"Les cyberdélinquants sont toujours mobiles, toujours capables de 'se plugguer' sur les grands événements qui marquent un pays ou le monde. Ils ont très vite adapté leurs sites et leurs mailings à la crise du Covid-19. Et aujourd’hui, on estime qu’environ la moitié des sites qui évoquent cette question sont susceptibles d’être gérés par des cyberdélinquants. C’est pour ça qu’on met en garde nos concitoyens.

Sur ces sites, les cyberdélinquants cherchent à capter des données (votre identité, votre adresse, votre numéro de carte bancaire) ou alors implanter dans vos ordinateurs des virus. Il faut faire très attention quand on reçoit des mails de personnes qu’on ne connaît pas. Du moment qu’un expéditeur n’a pas l’air fiable ou « normal », il vaut mieux supprimer le message", a expliqué Jean-Philippe Lecouffe.

"Les cambriolages se sont effondrés"

"En ce moment, la délinquance traditionnelle a baissé. Les cambriolages des habitations principales se sont effondrés tout simplement parce que les gens sont chez eux. Les cambrioleurs ont donc plus de mal à y entrer. En même temps, nous surveillons davantage que d’habitude les zones commerciales. Ces zones commerciales étant fermées, il se peut que les cambriolages se reportent là-bas".

S’agissant du commerce de faux médicaments vendus sur Internet, notamment la fausse chloroquine, Jean-Philippe Lecouffe a déclaré : "au sein de la Gendarmerie nationale, nous avons l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique. C’est ce service qui fait les enquêtes sur Lubrizol notamment. Et récemment, il a repéré des ventes non réglementaires de médicaments et de tests de dépistage au Covid-19, qui sont évidemment de faux tests. Avec la justice, nous avons fait fermer quelques sites qui vendaient ce genre de produits. Je rappelle qu’en France la vente de médicaments est réservée aux pharmaciens".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !