Héritage Johnny : Gel des biens immobiliers mais pas de droit de regard sur l'album

Johnny Hallyday ©FRED DUFOUR - AFP

La justice a donné raison à Laura et David, qui réclamaient un gel des biens immobiliers légués par Johnny Hallyday à sa femme, Laeticia. Elle a, en revanche, refusé de leur accorder un droit de regard sur l'album posthume à paraître.

La décision en référé du tribunal de Nanterre était particulièrement attendue.

David et Laura, qui contestent l'héritage établi par leur père en 2014 aux États-Unis, léguant l'ensemble de ses biens à sa femme, Laeticia, ont obtenu le gel des biens immobiliers situés en France le temps que la justice se prononce sur la validité de cet héritage, qui laisse de côté deux de ses enfants, ce que la loi française interdit.

Dans son ordonnance, le juge a estimé que les deux aînés justifient d'un "risque réel de transfert de tous les biens du défunt au profit du JPS Trust", dont Laeticia est la bénéficiaire, qui pourrait "intervenir à tout moment, et/ou de liquidation des actifs successoraux, les privant quasiment de toute chance de recouvrer la part successorale à laquelle ils pourraient prétendre".

L'ordonnance prévoit également la mise sous séquestre des droits artistiques du chanteur. Autrement dit, les droits d'auteur et d'interprétation générés par le répertoire du chanteur sont inaccessibles pour Laeticia et ses filles.

En revanche, David et Laura ont été débouté de leur demande de droit de regard sur l'album validé de son vivant par le chanteur et qui doit sortir en 2018.  "L'accord signé" en novembre 2017 entre Warner et Johnny Hallyday "démontre sans ambiguïté que le chanteur acceptait que les dix titres listés qu'il avait interprétés lors des sessions d'enregistrement fassent l'objet d'une commercialisation par la société Warner", considèrent les juges.

Le juge estime que "rien ne vient établir le risque certain d'une atteinte portée à l'interprétation de l'artiste qui justifierait un contrôle des demandeurs avant la sortie publique de l'album."

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio