single.php

Des jeunes détruisent une école près de Montbéliard

Par Adélaïde Motte

Après la vandalisation d'une école à Grand-Charmont, ville près de 6.000 habitants près de Montbéliard, Aurélie Dzierzynski, adjointe au maire, évoque le choc des habitants.

école

Après la vandalisation d'une école à Grand-Charmont, ville près de 6.000 habitants près de Montbéliard, Aurélie Dzierzynski, adjointe au maire, évoque le choc des habitants.

Une école vandalisée près de Montbéliard

Samedi dernier, une école proche de Montbéliard a été détruite par un groupe d'enfants entre onze et treize ans. Aurélie Dzierzynski, ajointe au maire de Grand-Charmont, explique que "des bruits se sont faits entendre, la voisine a appelé M. le maire qui s'est déplacé, a constaté qu'il y avait un petit jeune qui sortait de là." À l'intérieur de l'école, c'est un carnage : "la première estimation était de l'ordre de 15 000 euros, à jour l'estimation arrive à environ 30 000 euros."

"Nous n'avons toujours pas l'identité de ces jeunes, c'est du déclaratif, ça reste encore à confirmer. C'était des jeunes en bas âge, entre dix et treize ans, je n'ai pas eu d'information comme quoi ils ont été interpellés." Malheureusement, ce n'est pas la première fois que l'école est attaquée, "ça s'était déjà produit avec beaucoup moins de dégâts, notamment lors de la dernière rentrée scolaire, on avait pu remettre en ordre quelques minutes après la rentrée. Il n'y avait pas eu autant de dégâts, les enfants ont pu faire leur rentrée comme il se devait."

La communauté locale sous le choc

Face à ces actes de malveillance, la commune "est dans la sidération." "On a une communauté éducative qui est très développée, il y a quand même un dialogue qui est développé. C'est un lieu de vie qui est cher à une population, c'était considéré comme une violation de domicile, c'est un lieu de vie."

Quant à condamner les parents, qui n'ont pas su inculquer à leurs enfants le respect des bâtiments collectifs, Amélie Dzierzynski a plutôt "envie de comprendre comment aujourd'hui nous en arrivons à ça." Elle veut "être toujours dans le recueil de la parole, même si elle est ultra désagréable à entendre. Condamner ce n'est pas à moi de le faire, j'invite les parents à s'orienter vers nous, bien sûr des mesures vont être prises. Ce dialogue-là est important."

 

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
18H
17H
15H
14H
13H
11H
10H
09H
07H
04H
Revenir
au direct

À Suivre
/