L'édito éco d'Yves de Kerdrel - Le taux d'épargne des ménages français, recordman d'Europe

Chaque fois qu’un français gagne 1.000 euros il en met 150 de côté. Ce qui est un record en Europe. Mais alors comment expliquer tant de revendications sur le pouvoir d'achat ?

L'édito éco d'Yves de Kerdrel

Retrouvez l'édito éco d'Yves de Kerdrel chaque matin du lundi au vendredi à 8h30 sur sudradio.fr

Jamais le taux d’épargne des ménages français n’a été aussi élevé alors qu’il y a un problème de pouvoir d’achat ?

Oui l’an passé le taux d’épargne des ménages à atteint 15,2 %, au lieu de 14,9 % l’année précédente. Cela signifie qu’à chaque fois qu’un français gagne 1.000 euros il en met 150 de côté. Ce qui est un record en Europe.

Cette situation est d’autant plus étonnante que depuis un an et demi les principales revendications portent sur le pouvoir d’achat. C’est cela qui avait conduit l’an passé le gouvernement à mettre sur la table 17 milliards d’euros afin de calmer la colère des gilets jaunes. Et bien le résultat est surprenant : puisqu’on estime un an après que sur ces 17 milliards seulement 6 ont été consommés et le reste épargné. C’est pour cette raison que la collecte du Livret A a battu des records l’an passé alors que le taux de rendement était très faible. Et cette épargne élevée n’est pas seulement conjoncturelle, elle est aussi structurelle, au moins depuis une quinzaine d’années.

 

Mais c’est une bonne chose d’avoir des Français qui sont économes ?

Oui et non. Car tout ce qui est épargné ne profite pas à la croissance sauf quand c’est investi en actions d’entreprises. Ce qui n’est pas le cas. Car le français est prudent avec ses économies. Il préfère des placements sûrs, même s’ils rapportent peu. Or actuellement qu’il s’agisse du Livret A, du Plan Épargne Logement ou même de l’assurance-vie, ils rapportent moins que l’inflation. En fait si les français épargnent autant et acceptent même de perdre de l’argent avec leur épargne c’est parce qu’ils ont peu de l’avenir. Ils épargnent pour faire face à un coup dur, pour aider un enfant dans la galère ou bien pour préparer leurs vieux jours. Et ce n’est pas un hasard si le taux d’épargne augmente au moment même où le gouvernement réforme les retraites.

 

Car les français savent que le pays est surendetté, qu’il y a des déficits partout et que leurs retraites sont condamnées à baisser. C’est la raison pour laquelle consciemment ou inconsciemment face à un État cigale qui dépense trop, on a des français fourmis qui préparent l’avenir.