Hausse des prix : "Il faut savoir quelles sont les parts de la spéculation"

Michel Edouard Leclerc demande une commission d’enquête parlementaire après la hausse des prix suspects. Aurélie Trouvé, députée de la 9eme circonscription de Seine-Saint-Denis, explique les enjeux de cette Commission dans “Sud Radio vous explique”.

hausse des prix
,Aurélie Trouvé était l'invitée de "Sud Radio vous explique", Photo de Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP

"C’est une situation très grave pour beaucoup de gens", juge Aurélie Trouvé. "On l’a entendu avec votre auditrice, Sabine, qui parle de choix compliqués. Il y a des gens qui sont dans des choix encore plus compliqués entre se nourrir, se loger correctement parce que les prix changent. Il y a une très forte baisse du pouvoir d’achat des Français depuis plusieurs mois. Ce n’est pas juste une impression, c’est réel. On le voit dans tous les indicateurs économiques. Il y a une énorme flambée des prix sur l’essence, l’alimentation, l’électricité, les loyers, donc des charges incompressibles et absolument nécessaires".

"En même temps, il n’y a pas de hausse des salaires qui compense ça, ni de hausse des minimas sociaux. C’est une situation qui est extrêmement injuste. Il est normal de faire toute la lumière sur cette hausse des prix, il faut savoir quelles sont les parts de la spéculation, les marges faites par tous les acteurs économiques. La grande distribution également", explique la député de Seine-Saint-Denis. "Il y a de bonnes raisons que c’est lié à la spéculation en partie et à la hausse des marges et des profits de tout un tas d’acteurs économiques".

 

Avec la hausse des prix, le carburant est "devenu un luxe" pour beaucoup

"Cette commission d’enquête a pour but d’enquêter en profondeur sur les raisons de l’inflation. Il y a aujourd’hui des données qui le permettent. Prenons par exemple l’essence, en janvier 2021 elle était à 1,40 euro, aujourd’hui, on est au-dessus des 2 euros. C’est à se demander quelles sont les raisons de l’augmentation. C’est devenu un luxe", juge-t-elle. "On voit, par exemple, Total, qui est la principale multinationale en matière de carburants, elle a fait 16 milliards d’euros de dividendes ce qui est un record de profit pour les grands actionnaires de Total".

"Dans l’alimentation, les stocks des céréales, les stocks d’alimentation n’ont manifestement quasiment pas changé au niveau mondial donc il y a une très grande part liée aux spéculations", explique-t-elle. "Qui est-ce qui spécule là-dessus dans l’alimentation ? Quand il y a une grande importation de céréales de l’autre bout du monde, il y a tout un tas d’acteurs économiques de l’importateur à l’exportateur en passant par les grands négociants, et tout le monde se fait une petite marge dessus. Pire que ça, aujourd’hui, il y a des spéculations sur des marchés financiers. Sur le marché de l’alimentation, on peut spéculer sur la hausse des prix des marchés financiers", dénonce la député NUPES.

 

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !