François Gervais : "La baisse des émissions de CO2 n'empêchera pas le réchauffement climatique"

François Gervais est auteur du livre L’urgence climatique est un leurre (Éditions de l’Artilleur)
François Gervais est auteur du livre L’urgence climatique est un leurre (Éditions de l’Artilleur)

"L’incidence de la diminution des émissions de CO2 sur l’augmentation de la température mondiale est minime. Pour preuve, la température moyenne mondiale a baissé pendant 30 ans depuis 1945, pendant que les émissions de CO2 augmentaient", nous a révélé François Gervais, auteur du livre L’urgence climatique est un leurre (Éditions de l’Artilleur).

François Gervais : "La concentration dans l’air de CO2 n’est pas près de doubler"

Pour François Gervais, l’angoisse générale au sujet du réchauffement climatique est infondée. "Tout d’abord on a complètement occulté la variabilité naturelle du climat. Ensuite, l’appréhension des émissions de CO2 est exagérée. Il faut savoir qu’en un siècle la concentration dans l’air de CO2 est passée 0,03 à 0,04%. Elle n’est pas près de doubler", a-t-il déclaré à André Bercoff.

"Quand on regarde les politiques françaises, elles visent toutes à réduire les émissions de CO2. Or, réduire les émissions de 20% permettra d’éviter à la planète de se réchauffer de moins d’un millième de degré ! Si on dit ça aux 'gilets jaunes', ils vont être contents !", a poursuivi François Gervais.

Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques ne diminuent pas le coût de l’électricité

Lors de cet entretien avec André Bercoff, François Gervais a également abordé la transition énergétique. "La population mondiale augmentant, il faut bien évidemment envisager une transition énergétique, car les ressources de la planète ne sont pas inépuisables. On a construit des barrages hydroélectriques, ce qui est bien, mais la France a fait le plein de ce qu’elle pouvait faire, ça représente 10% de la production électrique française. Actuellement on met l’accent sur les intermittents : les panneaux photovoltaïques et les éoliennes. Mais les panneaux photovoltaïques : ne sont pas une solution à grande échelle", a déploré François Gervais.

"Il ne faut pas oublier le coût de l’électricité payé par le consommateur. Plus il y a d’implantations de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes, plus le consommateur paie cher son électricité", a-t-il rappelé.

Pour François Gervais, vouloir réduire les émissions de CO2 est une ineptie

Interrogé par André Bercoff sur le bilan de la COP21, en 2015, François Gervais a rappelé : "Le MIT a repris le calcul des engagements de l’ensemble des pays et a conclu : d’ici 2100 on évite un réchauffement de 0,2 degrés. Tout ça pour ça !".

Par ailleurs, il est une erreur de vouloir de diminuer les émissions de CO2, a estimé François Gervais. "Le CO2 sert de nourriture indispensable et irremplaçable de la végétation. Grâce à des observations par satellite on a constaté un verdissement de la planète. En 33 ans on a gagné l’équivalent d’un continent de 18 millions de kilomètres carrés, 33 fois la superficie de la France ! La planète s’est reverdie car plus il y a de CO2 dans l’air, plus ça évite le stress hydrique des plantes. Donc, c’est un vrai bénéfice !", a-t-il déclaré au micro d’André Bercoff.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio