Formation professionnelle : les chômeurs impatients d'avoir enfin accès aux formations

Les chômeurs attendent beaucoup de la réforme de la formation professionnelle

Alors que Muriel Pénicaud a révélé ce lundi les grands axes de la réforme à venir de la formation professionnelle, les chômeurs espèrent enfin pouvoir bénéficier des fonds alloués à cette dernière, jusqu’ici trustés par ceux qui ont déjà un emploi, bien souvent qualifié.

Rendre la formation aux chômeurs. C’est l’un des objectifs de la réforme de la formation professionnelle, dont la ministre du Travail Muriel Pénicaud a dévoilé les principaux axes ce lundi. Aujourd’hui, seul 1 chômeur sur 10 environ a accès à ces formations, le plus souvent accordées aux cadres salariés. Des chômeurs qui espèrent bien voir le vent tourner, comme Philippe, 24 ans, au chômage depuis trois mois et ne disposant d’aucun diplôme. Rêvant d’une formation pour devenir comédien, il est ressorti quelque peu déçu de son dernier rendez-vous avec son conseiller.

"Il m’a donné quelques sites seulement, en me disant : "Va, renseigne-toi, forme-toi et reviens quand tu seras formé, on verra alors avec toi pour t’ouvrir nos ateliers"", raconte-t-il au micro de Sud Radio. Âgée de 36 ans, Kalthoum est aujourd’hui femme de ménage mais souhaiterait obtenir un CAP coiffure. Problème, la formation n’est pas payée par Pôle Emploi… "Je dois payer 6000 euros, c’est cher ! Et il faut compter aussi quasiment 800 euros pour le matériel...", déplore-t-elle.

Pierre, 23 ans, ambitionne de son côté de devenir gérant d’une épicerie. Après des petits boulots de vendeur et un bac technologique en poche, il lui manque une base indispensable. "Il me faut clairement un apport théorique, une formation en gestion-comptabilité. La conseillère m’a proposé d’appeler des organismes, de me renseigner, de demander des formations… En gros, elle m’a exhorté à aller chercher moi-même des formations", indique-t-il.

Un reportage de Clément Bargain

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio