single.php

Douche froide pour la restauration : "nous allons montrer au gouvernement que nous existons et ne voulons pas mourir"

Frédéric Jeanjean, secrétaire général de l’UMIH (l’Union des métiers et des industries de l’Hôtellerie-Restauration) des Bouches-du-Rhône ; propriétaire de la Brasserie des Templiers, à Marseille, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 25 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

C’est la douche froide pour la restauration, qui ne pourra pas rouvrir ses portes avant la mi-janvier, comme l’a annoncé le président de la République. Les restaurants resteront fermés au minimum deux mois. La profession s’y attendait-elle ?

"On met à mort tout un pan de l’économie"

"On ne s’y attendait pas, on pensait que le gouvernement gérait avec un peu plus d’intelligence, reconnaît Frédéric Jeanjean, secrétaire général de l’UMIH (l’Union des métiers et des industries de l’Hôtellerie-Restauration) des Bouches-du-Rhône ; propriétaire de la Brasserie des Templiers, à Marseille. Vous ne pouvez pas dire qu’on laisse ouverts les restaurants d’entreprise et les cantines et que, dans le même temps, dans les structures plus petites, il y a un véritable danger. C’est quelque chose que l’on ne comprend pas."

"Quand vous dites aux commerçants qu’il faut 8 m2 et que, dans la grand distribution et les transports en commun, les gens s’entassent, aux caisses et dans les rayons… Je veux bien tout entendre, il y a une pandémie. Mais vu la façon dont c’est géré par des « technos », au final, on est en train de mettre à mort tout un pan de l’économie."

 

"Entrer dans l’épreuve de force"

Pense-t-il que les restaurants pourraient ouvrir avec un protocole sanitaire pendant les fêtes ? "Mais tout-à-fait, on sait le faire, souligne Frédéric Jeanjean. On pensait au moins pouvoir le faire le midi. On nous a dit qu’il fallait diminuer le nombre de convives, cela a été fait. Les numéros de rappel, le gel, cela a été fait. On a proposé tout ce qu’il était possible de proposer. Pourquoi ce secteur-là ? Je serais curieux que l’on nous sorte les autres études sur les restaurants."

Que va-t-il faire, du coup ? "Nous nous sommes rendu compte qu’avec le gouvernement, il fallait montrer qui nous sommes, qu’il faut se faire entendre, entrer dans l’épreuve de force. Dès jeudi 26 novembre à 14 h, sur le Vieux port, à Marseille, nous appelons tout le monde à venir, pour une grand manifestation. Ils vont venir de tout le sud de la France. Ensuite, nous allons faire tout ce que nous pouvons pour montrer au gouvernement que nous existons et ne voulons pas mourir."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
02H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/