Des restaurants ferment faute de personnel

Alexis Demay, patron du restaurant "Chez Geneviève", à Audenge, a dû fermer son restaurant pour parvenir à trouver du personnel.

restaurants
Les restaurateurs rencontrent toujours des difficultés à embaucher. © AFP

Face à la pénurie de main d’œuvre, de plus en plus de restaurants sont obligés de fermer ponctuellement.

Restaurant : "Je ne peux pas donner plus"

Alexis Demay, patron du restaurant "Chez Geneviève", à Audenge sur le Bassin d’Arcachon, a ainsi été obligé de fermer deux fois ces derniers jours. "Le recrutement en restauration a toujours été difficile avant le Covid, explique-t-il. Depuis, c’est devenu très compliqué. Je ne suis pas le seul dans ce cas. Beaucoup de collègues restaurateurs ont du mal à former leur équipe cette année, au niveau local comme national."

Que répondent les candidats ? Veulent-ils travailler différemment, être mieux rémunérés ? "En fait, je demande qui veut travailler et je n’ai aucune réponse en face. Avant de décider de fermer, j’ai essayé de recruter via Facebook, sur des forums. J’ai mis des offres d’emploi dans tous les commerces d’Audenge, je n’ai reçu aucun CV. Aujourd’hui, je donne 2.000 euros net pour 42 heures et 2 jours de repos consécutifs. Je ne peux pas donner plus. Je suis à fond."

 

"Les gens ne veulent plus de cette vie"

Quid de Pôle Emploi ? "Pour la restauration, cela n’a jamais fonctionné." Les employés des années passées ne veulent pas revenir ? "L’année dernière, j’avais un cuisinier. Il s’est reconverti en chauffeur-livreur. En restauration, on vit à l’envers des autres. On travaille le soir et le week-end. Les gens ne veulent plus de cette vie. Ils veulent profiter de leur famille, de leurs enfants."

"Je suis obligé d’adapter mes planning en fonction des gens que j’ai en face de moi, explique Alexis Demay, patron du restaurant "Chez Geneviève", à Audenge. La semaine dernière, j’ai fermé deux jours. Les réseaux sociaux ont fait le reste. J’ai pu programmer des essais. Aujourd’hui, on est ouvert. Normalement, je vais réussir à constituer une équipe pour cet été. Il n’est pas impossible que je fasse un jour de fermeture par semaine."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”