single.php

Danielle Simonnet : "Un deal caché entre Uber et Emmanuel Macron"

Par Jean Baptiste Giraud

La rapporteure de la commission d’enquête sur les Uber Filles, Danielle Simonnet, revient sur les révélations de ce rapport.

Danielle Simonnet
Danielle Simonnet, députée LFI de la 15e circonscription de Paris, était l'invitée de Benjamin Glaise sur l'antenne de Sud Radio.

Danielle Simonnet, député LFI de la 15e circonscription de Paris, a été la rapporteure de la commission d’enquête dite des « Uber Files ». Y est dénoncé un deal caché entre la plateforme Uber et Emmanuel Macron, alors encore ministre de l’Économie.

Uber files : "Vous avez un ministre qui organise un deal"

"Cela a été six mois de travail avec plus de 88 heures d’audition, 120 personnes, détaille Danielle Simonnet. Les Uber Files, c’est quoi ? De 2014 à 2017, un ancien lobbyiste d’Uber a joué le rôle de lanceur d’alerte. Il a transmis à un consortium de journalistes énormément de documents et d'échanges SMS. Ils montrent bien que la plate-forme était alors dans l’illégalité la plus totale. Et malgré tout, ils sont en contact direct avec le ministre de l’Économie de l’époque, Emmanuel Macron."

"Vous avez un ministre qui organise un deal, constate la rapporteure de la commission d'enquête. On peut en vérifier la véracité au travers des échanges de SMS. On passe de 250 heures à seulement sept pour pouvoir devenir chauffeur VTC, ce qui va permettre à Uber de recruter énormément en un temps record. Au final, Uber Pop est supprimée mais la plateforme va imposer le reste de son activité, pourtant illégale au regard du droit du travail."

 

 

"Des professionnels de l’évasion fiscale"

"Nous avons une note du ministère du Travail en 2019 qui montre que l’uberisation s’est développée dans tous les secteurs, souligne Danielle Simonnet, député LFI de la 15e circonscription de Paris. Par exemple, dans les auto-écoles, les services funéraires, l’aviation, la restauration… La note montre l’étendue de l’uberisation et toutes les infractions à la loi. Mais les notes ultérieures ont une seule obsession : comment protéger les plateformes du risque de requalification en salarié.

"Uber et d’autres plateformes sont des professionnels de l’évasion fiscale. Dans le rapport, une note de la DGFIP reconnaît qu’il n’y a eu aucune consigne des cabinets ministériels pour cibler Uber sur les problématiques d’optimisation et d’évasion fiscale." Benjamin Haddad, président de la commission d’enquête Uber, parle de complotisme. "Cela devient complotiste de la part des Macronistes de croire qu’il y a un complot alors que ce sont des faits. Qu’ils répondent aux faits révélés par la commission d’enquête."

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
07H
04H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/