Face à la mondialisation, le retour de l'idée de Nation

De nombreuses crises sont à nos portes. Est-ce la fin de la mondialisation ? Que peut face à cela l’idée de Nation ? Pour en parler, Michel Guénaire, avocat d’affaires, écrivain, auteur de "Après la mondialisation" aux éditions la Cité, est l’invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états", sur Sud Radio.

Michel Guénaire
Michel Guénaire, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

La mondialisation n’est plus, comme on a pu le dire par le passé, heureuse. Dans son dernier livre, Michel Guénaire théorise l’après-mondialisation, et ce qu’il appelle le retour à la Nation. Pourquoi ? Comment ? Réponse sur Sud Radio avec André Bercoff.

Mondialisation : un discours qui s’effrite

"J’analyse depuis plusieurs années, comme avocat d’affaires international, une doxa dominante, une élite qui voulait s’appuyer sur le mondialisme, en se passant des États. Elle voulait marcher sur l’identité des Nations et construire une gouvernance mondiale. J’ai également vu s’effriter les réalités de ce discours, mois après mois, depuis plusieurs années", explique Michel Guénaire, avocat d’affaires international, écrivain et auteur de Après la mondialisation aux éditions la Cité.

Pour ce dernier, la mondialisation cachait en réalité deux réalités : le durcissement de l’idée de Nation et le renforcement des États. "On le voit aujourd’hui avec l’Ukraine. Il s’agit d’une Nation qui avait du mal à s’affirmer, et qui a réussi à s’affirmer de manière irréductible, et cela avant la guerre. Ce phénomène historique de durcissement de l’idée de Nation était disponible, et personne ne l’a analysé", ajoute-t-il.

Le dérèglement d’un cycle

Reprenant à son compte l’actualité, pour sa démonstration, Michel Guénaire va plus loin en affirmant que les crises actuelles sont liées directement aux dérèglements de la mondialisation. "Les crises écologique, de l’énergie, sanitaire et économique sont liées aux flux de la mondialisation", lance-t-il. Pour autant, Michel Guénaire ne signe pas l’arrêt de mort de la mondialisation. "Je ne dis pas qu’elle est finie, je dis qu’il y a une pause avec un retour à la Nation", précise-t-il.

Pour l’écrivain, la Nation n’est pas qu’une identité à reconquérir. "C’est un espace politique crédible pour des actions qui vont répondre aux problèmes des gens. C’est dans un espace comme celui-là que l’on traitera les problèmes. Un monde sans frontière et sans limite, cela ne marche pas. Pour cela, nous avons un certain nombre de repères à retrouver", conclut-il.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !