Driss Ghali : "On a élevé le déshonneur et la lâcheté au rang de vertu"

Driss Ghali, auteur du livre "Français, ouvrez les yeux" (Éditions L'Artilleur), était l'invité de "Bercoff dans tous ses états".

Driss Ghali
Driss Ghali, invité d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Selon Driss Ghali, les malheurs de la France sont dus à la laïcité et au souhait de se défaire de la mémoire collective.

 

Driss Ghali : "La France a offert au monde une grande redistribution des revenus et une grande valeur ajoutée"

"Le peuple français est un peuple d’élites doté d’une sensibilité d’élite. Si le monde perd la France, on perd beaucoup de choses. La France a offert au monde plusieurs choses : une grande redistribution des revenus et une grande valeur ajoutée. C’est quelque chose que ni les Américains ni les Russes ne sont parvenus à faire. La France, malgré ses impôts élevés, est un pays d’innovation. En plus, la France a réussi à faire une société humaniste sans religion.

Pourquoi on en est là ? Il y a deux facteurs principaux. Le premier est lié au peuple : comme on a mis en place la laïcité, qu’on a transformée en une lutte contre le catholicisme, on a privé le peuple français du système immunitaire, qui était sa religion. Parce que qu’est-ce qu’une religion ? Ce sont des enthousiasmes immédiats et des refus spontanés. Un refus spontané pour l’islam, c’est la mixité. On a beau essayer, c’est difficile. Un refus spontané pour le monde catholique, c’était l’islamisation de la France, l’immigration de masse", a déclaré Driss Ghali.

"Vous avez des fonctionnaires qui obéissent à des ordres illégitimes"

"Le deuxième facteur, c’est que nous avons des élites qui ne sont pas très futées mais qui ont compris une chose : elles urinent dans la source d’eau pure. C’est-à-dire dans la mémoire du peuple français. Depuis le berceau, on apprend que quand les Français étaient puissants, ils ont abusé de leur puissance, c’est le colonialisme. Donc, quel est le message subliminal ? Il vaut mieux être faible, prendre des coups.

Pendant la guerre d’Algérie, il y a eu des fonctionnaires militaires et civils qui ont désobéi à de Gaulle. Parce que l’Algérie, c’était la France. On les a traités de fascistes. Depuis, on passe aux Français un message : 'obéissez aux ordres, même s’ils sont illégitimes'. On a élevé le déshonneur et la lâcheté au rang de vertu. Maintenant, vous avez des fonctionnaires qui obéissent à des ordres illégitimes, des préfets de police qui n’appliquent pas la loi, des juges qui sont objectivement les alliés de la délinquance. Et je pense que la guerre d’Algérie, ça joue là-dedans. On a diabolisé les officiers qui ont sauvé les harkis quand même", a poursuivi Driss Ghali.


À lire aussi :

Cliquez ici pour écouter l’invité d'André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h30 dans "Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.